Culture – Loisirs

Dordogne : le château Le-Paluel risque d'être remis aux enchères

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord vendredi 6 octobre 2017 à 14:03

Le château Le Paluel à Saint Vincent Le Paluel
Le château Le Paluel à Saint Vincent Le Paluel © Radio France - Xavier Dalmont

Le 21 septembre dernier, lors d'une vente aux enchères, le château de Saint-Vincent-le-Paluel a été adjugé à Etienne Cluzel, entrepreneur à Carlux mais une société luxembourgeoise a surenchéri ce lundi 2 octobre. Le Périgourdin lance un appel aux dons.

Rebondissement dans l'affaire de la vente du château Le-Paluel de Saint-Vincent-Le-Paluel. Le 21 septembre, l'édifice a été adjugé aux enchères à Etienne Cluzel, un jeune entrepreneur de Carlux. Le Périgourdin avait une offre à 853.000 euros.

Seulement voilà, ce mardi 3 octobre, Etienne Cluzel a appris de la bouche de son avocat qu'une société luxembourgeoise avait décidé de faire une proposition de rachat du château. Une surenchère de 10%, soit un montant de 938.000. Eram Capital Advisors Luxembourg avait jusqu'au 2 octobre pour faire cette offre. Elle doit maintenant être validée par le tribunal de grande instance de Bergerac. L'entreprise d'investissement immobilier doit justifier de son existence et fournir des garanties bancaires. Une nouvelle vente aux enchères pourrait avoir lieu d'ici deux à quatre mois. Ce sera la dernière.

Une association pour soutenir le Périgourdin

Etienne Cluzel a appris cette nouvelle le jour de son anniversaire. "J'ai pris cela comme une attaque," raconte-t-il. Mais le Périgourdin ne veut pas baisser les bras. Il appelle les Périgourdins, ou plus largement les Français à "prendre leurs responsabilités." Le trentenaire émet un souhait. "J'aimerais qu'une association soit créée pour me soutenir pour avoir un poids financier plus conséquent pour participer à la mise aux enchères. En contrepartie je m'engage à restaurer le site et à l'ouvrir au public et à ne pas le laisser s'endormir comme c'est le cas depuis plusieurs années."

Réunir au moins 77.000 euros

Pour le Périgourdin il y a un choix à faire. "Soit on laisse une société étrangère placer son argent en Périgord et n'engager aucun travaux sur le château soit on soutient quelqu'un qui a envie de s'engager pour dix ou quinze à restaurer un patrimoine." Pour attirer les généreux donateurs, le propriétaire envisage de proposer aux membres de la future association (si elle venait à être créée) des entrées à demi-tarif ou différents avantages. Il faudra réunir plus de 85.000 euros pour pouvoir rivaliser avec la société Eram Capital Advisors Luxembourg.