Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dordogne : un chef Périgourdin va tenter de devenir meilleur ouvrier de France

lundi 9 avril 2018 à 8:59 Par Manon Derdevet, France Bleu Périgord

Jean-Michel Bardet, le nouveau chef du restaurant du Moulin de l'abbaye à Brantôme va tenter, à partir de ce mardi 10 avril, le concours de meilleur ouvrier de France. Un défi de taille qu'il a très sérieusement préparé.

Jean Michel Bardet est le nouveau chef cuisinier du Moulin de l'abbaye à Brantôme
Jean Michel Bardet est le nouveau chef cuisinier du Moulin de l'abbaye à Brantôme © Radio France - Manon Derdevet

Brantôme, France

Jean Michel Bradet a repris les rênes de la cuisine du Moulin de l'Abbaye il y a un peu plus d'une semaine et il voit grand. Pour la troisième fois, ce chef cuisinier de 43 ans a décidé de tenter le concours de meilleur ouvrier de France. Lors de sa dernière tentative, il avait terminé en demi-finale. 

Après avoir travaillé à Londres , Hong Kong ou encore Shanghai, Jean Michel Bardet a décidé de se lancer un nouveau défi : obtenir le fameux col tricolore. Il connaît d'ailleurs déjà les épreuves de ce concours très exigeant. 

Un épreuve technique et un QCM

Dans un premier temps, il devra réaliser une épreuve technique en un peu moins d'un quart d'heure. "On peut nous demander par exemple de désosser une caille ou de faire un petit jus" raconte le cuisinier grâce à son expérience. Puis les quelques 500 candidats devront répondre à un QCM de 40 questions sur la culture générale de la cuisine ou encore l'anglais. 

Ensuite, la moitié des candidats sont sélectionnés pour la demi-finale qui aura lieu quelques semaines plus tard. Cette fois, on leur donnera l'intitulé d'une recette qu'ils devront réinterpréter et réaliser à la perfection. Les candidats auront alors près de deux semaines pour préparer cette recette qu'ils réaliseront ensuite en 4 heures, à Paris. A l'issue de cette deuxième épreuve, il ne restera plus qu'une petite vingtaine de cuisiniers qui disputeront la finale. 

Le Périgord, une source d'inspiration

Pour ce cuisinier qui a commencé sur la côte d'Azur et qui a beaucoup voyagé, venir travailler en Périgord est très inspirant. "C'est un terroir très riche. Je découvre les champignons du Périgord mais aussi de très beaux pigeons par exemple. Je parle avec les producteurs locaux et cela m'inspire beaucoup" explique Jean Michel Bardet. 

Pour se préparer au mieux au concours, il s’entraîne quotidiennement dans sa cuisine mais lit aussi de nombreux livres de cuisine pour réviser les fondamentaux. 

Pour savoir s'il a réussi à passer la première phase du concours ou non, il faudra attendre quelques semaines.