Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Du théâtre participatif dans les lycées creusois pour lutter contre les discriminations

-
Par , France Bleu Creuse

La compagnie théâtrale Trimaran pose ses valises dans plusieurs lycées creusois : au programme, des sketchs semi-improvisés avec les lycéens sur des situations de violences homophobes, racistes et antisémites. Le but, c'est de prendre du recul et de remettre en cause ses opinions.

Des sketchs pour mettre à distance les préjugés et les amalgames
Des sketchs pour mettre à distance les préjugés et les amalgames © Radio France - Céline Autin

Guéret, France

Monter sur scène et jouer une agression homophobe ? Pas simple, et pourtant les lycéens du lycée Pierre Bourdan de Guéret l'ont fait avec la compagnie théâtrale Trimaran. Ils se sont prêtés au jeu du théâtre participatif, en improvisant des saynètes sur plusieurs cas de discrimination, xénophobe, antisémite et homophobe

Pour chaque sketch, cinq lycéens sont choisis pour improviser à partir d'une trame initiale. Ils s'organisent d'abord dans les coulisses. "_Imaginez , demain vous allez dans votre endroit préféré et on ne veut pas vous laisser rentrer, soi-disant parce qu'il y a eu de la casse.  _Vous venez d'un quartier, et on laisse entrer les jeunes du centre-ville. Qu'est-ce que vous dites ?" propose Clément, l'un des trois comédiens de la compagnie Trimaran.

Les réponses sont un peu timides, mais le comédien est là pour aider à mettre le doigt sur ce qui ne va pas : "Qu'est-ce qu'il est en train de faire en disant ça ?" "Il nous stigmatise" tente une lycéenne. "Oui ! Et est-ce qu'on a le droit de décider qui doit faire de la trottinette, qui doit aller au stade ?" Réponse en chœur : "Non !"

Une fois sur scène, les échanges sont plus vifs. Un comédien joue le gardien rétif : "Je vous connais, vous êtes tous pareils ...". Face à lui, les lycéens sont encouragés à trouver des moyens de le convaincre. Pas question de recourir aux insultes ou à la violence : "C'est encore pire si vous faites ça. Vous abaissez le niveau du débat, et en plus, on peut vous poursuivre en justice." explique Clément, comédien.

Quand on rit de quelque chose, c'est qu'on y est sensible. - Christophe Cousteix, comédien.

Dans le public les lycéens sont réceptifs : rires, exclamations, et applaudissements ponctuent les sketchs. Des réactions pas si anodines que ça pour Christophe Cousteix, membre de la troupe : "Quand on rit de quelque chose, c'est qu'on y est sensible. Est-ce que ça dénonce un mode de pensée ? _Ils savent rire de certaines choses qui pourtant sont dramatiques, puis c'est ensuite quand on en discute qu'ils se rendent compte de l'erreur dans laquelle ils sont_." Chaque sketch est en effet suivi par un moment d'échange collectif.

Les sketchs sont suivis par un temps d'échange collectif. - Radio France
Les sketchs sont suivis par un temps d'échange collectif. © Radio France - Céline Autin

Les lycéens sont plutôt ravis : "Ça ouvre les yeux et ça nous fait réfléchir, parce qu'on comprend mieux avec l'humour. On n'a pas vu le temps passer" explique Dennis. Marine, elle, a été marquée par le sketch sur l'homophobie auquel elle a participé : "Ça représente bien ce qu'il se passe, j'ai déjà vu des situations comme celle-là. Ça m'a fait prendre conscience de plein de choses. _Tout le monde devrait regarder ces sketchs, parce que ça ne concerne pas que les jeunes._"

La compagnie Trimaran continue sa tournée creusoise au lycée agricole d'Ahun (mardi) et dans celui de Felletin (mercredi), avant d'aller à Limoges jeudi et vendredi