Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dunkerque : le blockhaus miroir va manquer aux promeneurs sur la plage de Leffrinckoucke

-
Par , France Bleu Nord

Six ans après sa création, le blockhaus miroir est en cours de démontage, sur la plage de Leffrinckoucke, près de Dunkerque. L'oeuvre de Bertrand Sequin (alias Anonyme) était très appréciée par les habitants du Nord et les touristes. L'artiste jette l'éponge. Il ne pouvait plus l'entretenir.

Comme un symbole, le "blockhaus miroir" qui réfléchissait la lumière disparaît dans la brume, sur la plage de Leffrinckoucke, près de Dunkerque.
Comme un symbole, le "blockhaus miroir" qui réfléchissait la lumière disparaît dans la brume, sur la plage de Leffrinckoucke, près de Dunkerque. © Radio France - Jean-Michel Nagat

Il n'y aura bientôt plus de blockhaus miroir, sur la plage de Leffrinckoucke, près de Dunkerque. L'oeuvre est en cours de démontage depuis trois semaines. Elle aura disparu du paysage, dans quelques jours

Le reportage de France Bleu Nord

Sur son compte Instagram, l'artiste affiche plusieurs photographies de l'oeuvre qui était en place depuis six ans.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"C'est un peu triste."

Thierry et Anne admiraient beaucoup cette oeuvre. Ils ont venus, ce lundi 20 avril, avec les enfants, jeter un dernier coup d’œil à ce blockhaus miroir. "On venait régulièrement faire des photos, dit Anne. Savoir que ça n'existe plus, c'est un peu triste." Thierry, lui, se souvient de "la sensation de l'instant, quand on voyait toutes ces lumières différentes qu'elle faisait surgir... C'était magnifique !"

Bertrand Seguin le reconnaît, il ne s'attendait pas à un tel succès.
Bertrand Seguin le reconnaît, il ne s'attendait pas à un tel succès. © Radio France - Jean-Michel Nagat

Et Bertrand Seguin en est bien conscient, son oeuvre avait beaucoup d'admirateurs. "Des photographes faisaient des photos splendides, dit-il. C'était même un point de rendez-vous pour les photos de mariage. _J'ai même trouvé des plaques et des urnes funéraires sur le blockhaus à la fin du premier confinement_."

Et six ans plus tard, toutes ces plaques de verre vont finir à la déchetterie. Bertrand Seguin n'avait plus le temps, plus les moyens de s'en occuper seul, sans aucune subvention. Il tourne la page : "C'est la vie, lâche-t-il. Mais des blockhaus, il y en a 7.000 en France. Le projet renaîtra peut-être ailleurs."

Une procédure judiciaire est en cours

L'oeuvre disparaît, mais la procédure en justice ne fait que commencer, contre la communauté urbaine de Dunkerque et l'office du tourisme. L'artiste leur réclame 300.000 euros de droits d'auteur, pour avoir utilisé l'image de cette oeuvre, gratuitement, pour faire la promotion du territoire, pendant cinq ans. Une procédure judiciaire est en cours (au civil). Le procès est prévu en 2022.

Bertrand Seguin explique le sens de son oeuvre qui s'intitulait "Réfléchir".

Au-delà de l'esthétique, cette oeuvre s'appelait, en fait, "Réfléchir", un miroir qui réfléchit la lumière, mais surtout un message très politique sur le devoir de mémoire. "C'est une réflexion sur les conditions des migrants qui sont maltraités aujourd'hui, explique-t-il. Ce projet a eu un écho, mais les gens ne se sont pas intéressés au sens. C'est un regret."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess