Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

El Rafi prêt à prendre son alternative à Arles si les circonstances l'exigent

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le jeune novillero nîmois espère encore pouvoir être sacré matador de toros dans les arènes de sa ville à la feria de Pentecôte, mais si la crise sanitaire ne permet pas de maintenir ce rendez-vous à la fin du mois de mai, c'est à Arles qu'il pourrait prendre son alternative.

El Rafi dans les arènes de Nîmes
El Rafi dans les arènes de Nîmes © Maxppp - Christine Nuel

Et si El Rafi prenait finalement son alternative à Arles ?  La perspective agite le petit monde de la tauromachie depuis que le novillero nîmois a été programmé pour la feria arlésienne du début du mois de juin prochain. Et  Rafi est prévu au cartel le dimanche 6 juin en tant que matador de toros. Pour cela il faut donc qu'il prenne son alternative à Nîmes avant cette date, c'est-à-dire à la fin du mois de mai pour la feria de Pentecôte. 

Sauf que, pour l'instant, on ne sait toujours pas si le rendez-vous nîmois sera maintenu. Du coup, si El Rafi ne pouvait pas être sacré matador de toros dans sa ville, c'est bien à Arles que se déroulerait la cérémonie : "Il est évident que si on me donne le choix, je préférerais la prendre chez moi, dans mes arènes et devant les Nîmois, mais si la pandémie fait que c'est impossible, je ne me vois pas rester encore une année en novillada avec picador et stagner comme moi-même et mes compagnons sommes obligés de le faire.

Donc, le choix serait de prendre l'alternative à Arles, quitte à revenir à Nîmes pour la feria des Vendanges. Ce serait comme si je reprenais l'alternative en revenant dans mes arènes en tant que matador de toros". 

Réponse sans doute aux alentours du 15 avril

En attendant une décision définitive sur le maintien ou non de la feria de Pentecôte, El Rafi veut rester optimiste :  "Pour l'instant, on ne connaît pas encore les annonces de ces prochains jours, donc je reste confiant sur le fait que cela puisse se faire à Nîmes, mais si ce n'est pas le cas, j'irai à Arles avec beaucoup d'envie pour honorer le fait que Juan Bautista m'ait programmé au cartel de sa feria". 

Pour qu'El Rafi puisse prendre son alternative à Nîmes comme il l'espère encore, il reste deux options. La première, c'est que la feria de Pentecôte soit maintenue dans sa configuration normale. Peu probable si l'on en croit  les déclarations de Jean-Paul Fournier le 18 mars dernier sur France Bleu Gard Lozère.

Deuxième cas de figure, le maintien malgré tout d'un rendez-vous sous forme de week-end taurin, avec une ou deux corridas, qui pourrait permettre aux organisateurs de programmer l'alternative du Rafi. Réponse sans doute aux alentours du 15 avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess