Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Grève du 5 décembre : entre 806.000 et 1,5 million de manifestants en France
Culture – Loisirs

Elle veut raconter l'histoire d'un maquis du Morvan dans un documentaire

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu Auxerre

C'est l'histoire d'un jeune homme de 22 ans, formé par les services secrets britanniques, qui prend la tête du maquis Louis dans le Morvan en 1944. Ce jeune homme, c'est le grand-oncle de Laurence Delleur, journaliste et réalisatrice. Elle veut réaliser un documentaire sur cette histoire.

Paul Sarrette, chef du maquis Louis dans le Morvan
Paul Sarrette, chef du maquis Louis dans le Morvan - Musée de la résistance en Morvan

Luzy, France

En 1944, un jeune de 22 ans devient le chef du maquis Louis dans le Morvan. Ce jeune, il s'appelle Paul Sarrette. C'est le grand-oncle maternel de Laurence Delleur, journaliste et réalisatrice. A 42 ans, elle a décidé de lancer une campagne de financement participatif pour réaliser un documentaire sur cette histoire familiale, régionale et nationale. 

Il y avait plus de 1000 maquisards sous les ordres de Paul Sarrette  - Aucun(e)
Il y avait plus de 1000 maquisards sous les ordres de Paul Sarrette - Musée de la Résistance en Morvan

Le Morvan, une position stratégique

Le maquis Louis a été crée par les Anglais en 1944. "Les Anglais avaient très vite compris l'intérêt stratégique de la Bourgogne et du Morvan, c'était entre la zone occupée et la zone libre", explique Laurence Delleur.

"Ce maquis, il avait pour but, une fois le débarquement passé, de freiner la retraite des Allemands avec des sabotages, des mines posées sur les routes, des attaques de convois allemands, etc." Le maquis Louis a été construit près de Luzy, "et toute l'intelligence de Paul c'est _d'avoir intégré les habitants, ils soutenaient le maquis tout en restant chez eux_", raconte Laurence Delleur. "Ils amenaient des vivres, parfois des bêtes entières pour nourrir tous ces hommes, ils fournissaient des véhicules, de l'essence, des informations sur certains Allemands qui se trouvaient dans la région." 

Scène de vie dans le maquis Louis  - Radio France
Scène de vie dans le maquis Louis © Radio France - Musée de la résistance en Morvan

Paul Sarrette n'est plus là pour raconter son histoire. Il a été tué par un éclat de grenade le 5 septembre 1944, soit cinq jours avant la libération de Luzy. Mais Laurence Delleur a commencé à collecter les témoignages de quelques maquisards de cette époque, qui ont vécu au maquis Louis. Elle s'est plongée dans les archives familiales et dans les archives du musée de la résistance en Morvan. Et elle espère récolter assez d'argent pour pouvoir tourner rapidement son documentaire et transmettre aux générations futures la mémoire de ce lieu. 

Devoir de mémoire et vérification des faits 

Quand le documentaire sera terminé, la réalisatrice veut travailler avec les plus jeunes : "je suis journaliste, j'ai appris à recouper les informations. Et en me plongeant dans cette histoire je me suis rendue compte qu'il y avait beaucoup de choses fausses écrites sur internet, à propos de Paul et du maquis Louis. Je voudrais transmettre aux jeunes cette envie d'avoir un regard critique sur la mémoire. Sinon la mémoire elle s'effrite et dans cinquante ans on racontera des choses encore plus erronées sur Paul et les autres, et au fur et à mesure il n'y aura plus grand chose de vrai dans cette mémoire." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu