Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Elvis Presley : une rock’n roll attitude indémodable pour les fans de l'Yonne

mercredi 16 août 2017 à 5:00 Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

Le 16 août 1977 Elvis Presley disparaissait. 40 ans après sa mort, les fans de la première heure du roi du rock ne l’ont pas oublié. Ils ont été rejoints par des jeunes qui se retrouvent eux aussi dans la musique et l’image du «King» comme dans l’Yonne au sein du groupe rétro, les Vinyls.

Elvis Presley en juin 1968 lors d'une émission de télé pour la NBC.
Elvis Presley en juin 1968 lors d'une émission de télé pour la NBC. © Maxppp -

Sens, France

L’un, Jean Claude Coulonge, a 72 ans, il est le batteur du groupe Les Vinyls. L’autre, Alexandre Lucet, n’a que 25 ans, c’est le chanteur. Tous les deux sont des fans absolus d’Elvis Presley.

C’est vers 1956 que le batteur originaire de Saint-Florentin entend pour la première fois Elvis Presley. Il a une dizaine d'année : «je l’ai découvert grâce à la radio» se souvient-il, «en bricolant le poste chez mes parents et j’ai trouvé ça incroyable, Elvis c’était magique».

Le rockeur américain n’est au début qu’une voix et jean Claude découvre son visage sur les pochettes de disque puis en 1960 sur grand écran dans le film King Créole qu’il verra une trentaine de fois en écumant tous les cinémas de la région.

Autre époque, autres mœurs. Alexandre Lucet s’intéresse pour la première fois au King grâce à un jeu de PlayStation au début des années 2000. Lui aussi a une dizaine d’année, et la chanson Suspicious mind sur ce jeu vidéo devient son titre préféré. "J’ai ensuite demandé à mon grand-père un cd d’Elvis" raconte le jeune Sénonais, ingénieur dans la vie, "et je l’ai écouté en boucle".

"Dans le cd", poursuit-il, "il y avait des photos du chanteur américain et c’est là que ça m’a donné envie de lui ressembler. C’est à cet âge là que j’ai acheté le blouson de cuir et que j’ai commencé à me coiffer comme lui. Je suis passé d’aucun style à son style".

Jean-Claude Coulonge et Alexandre Lucet,  47 ans les séparent, Elvis Presley les réunît. - Radio France
Jean-Claude Coulonge et Alexandre Lucet, 47 ans les séparent, Elvis Presley les réunît. © Radio France - Thierry Boulant

C’est aussi ce style rebelle qui cinquante ans plus tôt a secoué Jean-Claude et beaucoup de baby boomers. « Je suis né en 1945 » explique le batteur des Vinyls, «et d’un seul coup grâce au rock et à Elvis, une musique pour les jeunes, une radio et des films pour les jeunes sont arrivés. Il représentait la vraie liberté. Il l’a représente toujours d’ailleurs, c’est pour cela qu’on utilise encore ses chansons et son image dans la pub ».

Alexandre approuve : « Pour moi, le King a tout de moderne. Elvis c’est une multitude de sons, une multitude d’images. Quand je vois une photo d’Elvis, je me dis ce mec est cool, ce mec est classe et j’ai envie de ressembler a ce gars-la ».

Cette rock-n roll attitude, jean Claude Coulonge et Alexandre Lucet veulent la transmettre et ils reprennent régulièrement sur scène avec Les Vinyls* une partie du répertoire d’Elvis.

📻 Ecoutez "la rencontre" des Vinyls avec le King.

Les Vinyls, deux générations, une même passion pour Elvis - reportage de Thierry Boulant