Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

En déficit depuis deux ans, 2019 sera-t-elle l'année des premiers bénéfices pour Brive Festival ?

-
Par , France Bleu Limousin

Devenu privé en 2017, Brive Festival a été déficitaire pour ses deux premiers exercices. En cause : les cachets réclamés par les artistes et les coûts en matière de sécurité.

Brive Festival équilibrera-t-il ses comptes en 2019 ?
Brive Festival équilibrera-t-il ses comptes en 2019 ? © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Brive Festival équilibrera-t-il ses dépenses et ses recettes en 2019 ? C'est un des enjeux de la 16e édition qui s'ouvre ce vendredi. Cédé par l'office de tourisme de Brive il y a trois ans, l'événement est devenu privé et porté par Festival Production, une société codétenue par Vivendi et le groupe de presse Centre France (notamment propriétaire, en Limousin, des journaux La Montagne et le Populaire du Centre). Mais Brive Festival a été déficitaire sur ses deux premiers exercices.

Budget en hausse d'1,2 million d'euros en trois ans

Le budget du festival est passé d'1 million 600 mille euros en 2017 à 2 millions 800 mille euros en cette année 2019. Côté recettes, la billetterie représente 40% du total. Les partenariats privés, le sponsoring et les ventes de loges arrivent ensuite pour un peu plus de 30%. Les consommations sur site, notamment aux bars, constituent la troisième entrée d'argent devant les subventions publiques " elles représentent moins de 10% des recettes " indique Stéphane Canarias, le directeur de Festival Production.

"On court derrière les augmentations de charges"

En face, les dépenses " ne cessent d'augmenter " continue-t-il, " depuis des années on ne cesse de courir derrière les augmentations de charges, notamment des cachets artistiques ".  Les chanteurs ou groupes demandent toujours plus pour se représenter, la hausse est encore d'environ 30% cette année pour s'offrir les artistes du moment. Autres postes de dépense en hausse, " les charges techniques mais aussi la sécurité " très nettement renforcée depuis les attentats. Car en parallèle de militaires déployés dans le cadre de l'opération Sentinelle, l'organisation est aussi chargée de faire appel à des équipes privées pour la sécurisation du site.

Plus de 33.000 festivaliers espérés

" J'espère que cette course en avant va s'arrêter " car il en va de la pérennité et des ambitions du festival. Mais, à l'occasion de l'inauguration de cette 16e édition ce jeudi soir, le président de Festival Production, Christophe Sabot, a donné quelques indices sur l'avenir et ne compte pas s'arrêter là. " On pense déjà à la 20e édition dans quatre ans pour faire quelque chose de grand " dit-il devant le parterre d'invités. En attendant, l'organisation lorgne sur la météo : le beau temps pourrait permettre de vendre les derniers billets et d'avoir une influence sur la consommation au bar. " Tout compte dans ces circonstances " conclut Stéphane Canarias. Pour cette édition 2019, les organisateurs espèrent 8.500 festivaliers par soirée de quoi, si tel est le cas, dépasser le record de fréquentation établi l'an passé avec 33.000 personnes.