Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS - 30 ans après, Mirabeau se souvient de Jean de Florette et Manon des Sources

mardi 7 mars 2017 à 0:13 Par Martin Cotta, France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Il y a 30 ans, Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart recevaient chacun un César pour leurs rôles dans les films Jean de Florette et Manon des Sources. Tournés à l'été 1985 dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, ces deux chefs-d’œuvres ont marqué l’histoire de certaines communes comme Mirabeau.

Les figurants de Mirabeau posent avec leurs photos souvenirs des films Jean de Florette et Manon des Sources
Les figurants de Mirabeau posent avec leurs photos souvenirs des films Jean de Florette et Manon des Sources © Radio France - Martin Cotta

Mirabeau, France

Le 7 mars 1987, Daniel Auteuil recevait le César du meilleur acteur pour le rôle d'Ugolin dans les films Jean de Florette et Manon des Sources réalisés par Claude Berri. De son côté Emmanuelle Béart obtenait le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Elle incarnait la "pitchoune", Manon, fille de Jean de Florette. Ces deux films réalisés par Claude Berri et sortis dans les salles en 1986, sont inspirés du diptyque romanesque L'Eau des Collines de Marcel Pagnol.

Quand Claude Berri transforme Mirabeau

C'est dans le village vauclusien de Mirabeau, situé dans le sud Luberon à la frontière avec les Bouches-du-Rhône, que le réalisateur Claude Berri a posé ses caméras à l'été 1985. Dans les deux films, Mirabeau devient le village des Bastides blanches.

Y sont tournées les scènes de la célèbre fontaine, dont l'eau ne coule plus à cause de Manon qui a bouché la source en amont dans la montagne, pour venger la mort de son père, Jean de Florette (Gérard Depardieu), mais aussi les scènes au Café de la Fontaine et dans la cour d'école (aujourd'hui la mairie) où Manon accuse de vive voix le Papet et Ugolin d'avoir gardé confidentiel le secret de la source dans la maison de son père. Aujourd'hui la fontaine existe toujours sur la place de Mirabeau, bloquée entre quelques commerces et maisons provençales (voir photo ci-dessous).

La fontaine de Mirabeau en 2017 - Radio France
La fontaine de Mirabeau en 2017 © Radio France - Martin Cotta

S'il y a peu de traces visibles de Jean de Florette et Manon des Sources dans Mirabeau encore aujourd'hui, les souvenirs du tournage sont encore bien précis chez les habitants. Imaginez qu'en l'espace de quelques semaines, le village s'est transformé en véritable studio de cinéma. Des façades en polystyrène, par exemple, ont été installées devant les vraies façades de certaines maisons pour assurer l'ambiance des années 20. "J'avais du polystyrène devant mes fenêtres. C'était très beau et tous les gens passaient et tapaient dessus pour voir si c'était du vrai ou du faux" se souvient Joaquine.

Pendant le tournage, Mirabeau est devenu une forteresse, avec des routes fermées pour assurer la tranquillité du tournage. Pas un bruit extérieur au film n'était toléré par Claude Berri. "Si une machine à laver tournait dans une maison il fallait l'arrêter. En plus c'était en plein mois d'août donc les fenêtres des maisons étaient ouvertes. Aucun bruit moderne ne devait être entendu sinon monsieur Berri se mettait en colère" (sourires).

Même les figurants devait être professionnels à tel point que certaines scène étaient jouées et rejouées. "Monsieur Berri disait 'c'est très bien mais...' donc nous les figurants repartions en arrière. Il fallait arriver à la perfection. D'ailleurs monsieur Berri a terminé le tournage avec 40 degrés de fièvre, il était complètement à plat le pauvre" raconte Monique.

"Si une machine à laver tournait dans une maison il fallait l'arrêter. En plus c'était en plein mois d'août donc les fenêtres des maisons étaient ouvertes. Aucun bruit moderne ne devait être entendu sinon monsieur Berri se mettait en colère"

À l'issue du tournage, acteurs et équipes techniques partirent mais certains décors restèrent. "Plusieurs mois après il y avait des pans de murs qui tombaient. Nous pensions que c'était des vraies façades qui s'écroulaient. Ce n'était que des vieux restes en fait" explique Robert Tchobdrénovitch maire de Mirabeau.

Il se paie un des tout premiers ordinateurs grâce au tournage

Parmi les figurants de Mirabeau, Alain habitant de 42 ans, n'était qu'un enfant à l'époque du tournage de Jean de Florette et Manon des sources. "Quelqu'un est venu à l'école et nous a demandé qui était intéressé pour participer aux films. Forcément nous avons tous levé la main !" explique celui pour qui la participation au tournage s'est jouée à peu de choses près.

"Un ami à moi, le pauvre, avait un appareil dentaire et n'a pas pu participer. Moi je n'en n'avais pas, donc j'ai pu tourner" sourit Alain. Aujourd'hui, Alain a conscience d'avoir participé à un chef-d’œuvre du cinéma français aux côté de sa sœur. "Pour chaque jour de tournage, nous touchions une somme. Moi et ma sœur avions gagné presque 5.000 francs à deux, c'était pas mal ! À l'époque nous nous étions achetés un ordinateur, ce qui était innovant. Dans mon groupe d'ami nous n'étions pas beaucoup à en avoir" termine Alain dont l'été 1985 reste et restera une source intarissable de ses émotions.

Alain, 10 ans, en gros plan dans Manon des Sources / Alain, 42 ans, assis sur la fontaine de Mirabeau (capture écran / Photo 2017) - Radio France
Alain, 10 ans, en gros plan dans Manon des Sources / Alain, 42 ans, assis sur la fontaine de Mirabeau (capture écran / Photo 2017) © Radio France - Martin Cotta

Quand les habitants fréquentent les acteurs

Les coulisses du tournage, c'est d'abord l'histoire d'amour discrète entre Emmanuel Béart et Daniel Auteuil. "On voyait bien leur manège. Ils étaient toujours planqués quelque-part tous les deux. On les attendait tout le temps, le metteur en scène les cherchait partout. On avait bien compris qu'il y avait anguille sous roche" rigole Josette une des figurantes. Jacqueline elle garde le souvenir du charismatique Yves Montand, le papet, sous son chapeau et son épaisse moustache.

"Yves Montand ? Un grand acteur mais très peu accessible. Il se mettait dans un coin pour répéter et il ne fallait pas l'embêter" — Jacqueline, une figurante

Aux dires de Monique, Yves Montand était davantage disponible pour les enfants. Mais parfois le Papet était quand même enclin à rigoler. "Avant les scènes dramatiques, lorsque l'on avait plus d'eau, il plaisantait pour apaiser la situation" explique Monique. Mais la fin du tournage a été douloureuse pour Yves Montand. Son épouse, Simone Signoret, est décédée à la fin du mois de septembre. Deux ans plus tard, le Papet sera également très vexé de ne pas recevoir un César.

REPORTAGE | À chaque habitant son anecdote avec les acteurs

Mirabeau : 1985 / 2017

La place du village et la célèbre fontaine (capture image film / photo 2017) - Radio France
La place du village et la célèbre fontaine (capture image film / photo 2017) © Radio France - Martin Cotta
Ugolin court sur la place de Mirabeau pour prévenir les habitants que l'eau ne coule plus dans son puits et bientôt de la fontaine ... (Capture image film / Photo 2017) - Radio France
Ugolin court sur la place de Mirabeau pour prévenir les habitants que l'eau ne coule plus dans son puits et bientôt de la fontaine ... (Capture image film / Photo 2017) © Radio France - Martin Cotta
Yves Montand assis près du café de la Fontaine à Mirabeau (Capture image film / Photo 2017) - Radio France
Yves Montand assis près du café de la Fontaine à Mirabeau (Capture image film / Photo 2017) © Radio France - Martin Cotta
Ugolin et le Papet constatent qu'il n'y a plus d'eau dans la fontaine (Capture image film / Photo 2017) - Radio France
Ugolin et le Papet constatent qu'il n'y a plus d'eau dans la fontaine (Capture image film / Photo 2017) © Radio France - Martin Cotta
L'église de Vaugines où le terrible secret est révélé au Papet en épilogue (Capture image film / Photo 2017) - Radio France
L'église de Vaugines où le terrible secret est révélé au Papet en épilogue (Capture image film / Photo 2017) © Radio France - Martin Cotta

Films et acteurs récompensés

Quelques mois après les sorties de Jean de Florette (27 août 1986) et Manon des Sources (19 novembre 1986), le temps des consécrations est arrivé. Lors de la 12e cérémonie des Césars en mars 1987, Daniel Auteuil et Émmanuelle Béart sont récompensés au Palais des Congrès de Paris. Les deux films totalisent sept nominations.