Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Les coulisses du documentaire de France 3 Occitanie sur les 20 ans d'AZF

-
Par , France Bleu Occitanie

France Bleu Occitanie a lancé l'opération "Mon AZF, histoires de Toulousains" pour recueillir vos témoignages. Nos confrères de France 3 Occitanie travaillent eux aussi sur les 20 ans de la catastrophe à travers un docu-fiction de quatre épisode, disponible à la rentrée de septembre.

 L'équipe de tournage profite d'un lieu atypique, les Halles de la Cartoucherie à Toulouse
L'équipe de tournage profite d'un lieu atypique, les Halles de la Cartoucherie à Toulouse - Sandrine Mercier

Quatre épisodes, un scénario réaliste, un travail d'archive et de tournage titanesque. France 3 Occitanie avec Les Films du Sud et Veo Productions réalisent un documentaire sur les 20 ans de l'explosion de l'usine AZF. Tout comme France Bleu Occitanie, France 3 a souhaité marquer le coup. Une histoire qui s'articule autour d'un personnage, qui revient à Toulouse 20 ans après avoir perdu son père dans l'explosion de l'usine. Il se rend compte que le travail de mémoire n'a pas été fait et que le sujet divise toujours autant. France Bleu Occitanie a rencontré les auteurs et les producteurs du projet.

Atmosphère incroyable.
Atmosphère incroyable. - Sandrine Mercier

La genèse du documentaire

Fabrice Valéry est le Délégué antennes et contenus de France 3 Occitanie. Un projet symbolique pour France 3, l'une des premières télévisions sur place le jour de l'explosion. Il explique la trame de ce docu-fiction.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Qu'est ce qu'on a voulu faire ? Quatre épisodes plus courts, c'est à dire des épisodes entre 25 et 30 minutes mais qui soit scénarisé, dans lesquels on raconte l'histoire avec une comédienne, mais qui ne joue pas, qui incarne. C'est une comédienne qui incarne une jeune fille qui a perdu son papa dans l'explosion. On est proche d'un personnage qui existe réellement, mais ce qu'on voulait, c'est surtout que ça puisse ressembler à la population toulousaine d'aujourd'hui. Aussi parce que finalement, ça s'adresse aussi à un public jeune qui n'a pas connu l'explosion. Et puis, évidemment, il y a un aspect très cinéma et on le verra dans ces images parce que les auteurs ont voulu traiter l'image d'une manière très qualitative, de manière à pouvoir faire, on l'espère, une série documentaire qui va rester dans l'histoire"

Lieu symbolique

Sandrine Mercier et Juan Hidalgo sont les deux auteurs de ce documentaire sur AZF. Originaires de Toulouse, tourner dans le Hall de la Cartoucherie est atypique, symbolique. Mais il permet de relever le défi techniquement selon Juan : "Ici, on a à la fois de la projection, à la fois du drône à la fois des travellings. C'est quasiment une grosse production, on n'avait pas l'habitude de ce genre de production. On est plutôt des auteurs-réalisateurs de documentaires plus légers, avec caméra, où on a un rapport avec les personnes qu'on aime, que l'on filme beaucoup plus proche. Et là, on voit que c'est quand même un gros projet."

Ils utilisent la grandeur du hangar pour vidéo-projeter des images.
Ils utilisent la grandeur du hangar pour vidéo-projeter des images. - Sandrine Mercier

Pour Sandrine, le plus dur dans la réalisation, c'est le travail de mémoire. En 2021, le documentaire doit convenir à ceux qui ont vécu AZF et les nouveaux toulousains : "Les Toulousains qui l'ont vécu en général savent précisément ce qu'ils faisaient ce jour -là à 10h17. Tout le monde peut le dire, mais c'est vrai que les jeunes aujourd'hui ne savent pas forcément ce qui s'est passé et c'était très intéressant de transmettre cette histoire pour que ça ne se renouvelle pas. Parce que la mémoire, il faut qu'elle soit gardée, qu'elle soit conservée et qu'elle soit transmise."

Le documentaire verra le jour à la rentrée septembre, tout comme la série de podcast événement de France Bleu Occitanie sur les 20 ans du drame.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess