Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Saint-Malo : les passionnés de courses hippiques font leur retour à l'hippodrome

-
Par , France Bleu Armorique

L'hippodrome de Saint-Malo rouvrait ses portes au public ce dimanche 12 juillet. Avec une jauge de 5000 personnes maximum, employés et équipes techniques comprises, et masque obligatoire. Ce qui n'a pas empêché les passionnés de profiter pleinement de ce retour dans les allées de l'hippodrome.

Les parieurs et passionnés de courses faisaient leur retour ce dimanche à l'hippodrome de Saint-Malo
Les parieurs et passionnés de courses faisaient leur retour ce dimanche à l'hippodrome de Saint-Malo © Radio France - François Rauzy

Les encouragements des spectateurs qui accompagnent le débit frénétique du commentateur en fin de course, voilà une ambiance sonore que n'avait plus connu l'hippodrome de Saint-Malo depuis 2019. Après des mois de confinement, le public était de retour ce dimanche 12 juillet pour un programme de sept courses.

Une journée qui aura débuté par une scène insolite : la course folle d'un cheval sans jockey avant le départ de la première course.

Dans les allées, on devine les sourires derrière les masques des passionnés de courses hippiques. Georges a 92 ans, dont 75 passés à arpenter les hippodromes avec son épouse Jeannine : "Je n'ai jamais passé autant de temps loin des hippodromes depuis 75 ans. Cela fait quatre mois que je suis confiné à Nantes, sans aller aux courses, ça c'est un truc qui m'est jamais arrivé ! En temps normal, je fais 100 à 120 courses par an." assure le nonagénaire. "Quatre mois sans l'odeur de crottin, ça nous manquait vraiment" ajoute Jeannine derrière son épaule.

Les chevaux se préparent dans les écuries
Les chevaux se préparent dans les écuries © Radio France - François Rauzy

Le président de l'hippodrome malouin Gilles Caroff abonde : "J'entendais à la radio en venant qu'un match de foot sans public c'était triste. Et bien pour les courses c'est pareil ! Le public est indispensable : s'il n'y a pas de public, il n'y a pas de courses." Ici, six courses à huis-clos ont eu lieu depuis la fin du confinement, une nécessité pour entretenir l'économie du secteur, en partie dépendante des revenus générés par les paris des joueurs. Désormais, l'hippodrome ne peut accueillir plus de 5000 personnes simultanément, travailleurs inclus.

Le public vient se placer en gradins et devant les balustrades avant le départ de la première course
Le public vient se placer en gradins et devant les balustrades avant le départ de la première course © Radio France - François Rauzy

Devant les caisses où l'on enregistre les paris, la queue se densifie au départ de chaque course. "Le PMU s'est très bien porté après le déconfinement, même lorsque les courses étaient à huis-clos car on n'avait pas la concurrence des paris sportifs" souffle Gilles Caroff. Des parieurs qui pourront à nouveau se rendre à l'hippodrome de Saint-Malo, pour une prochaine réunion prévue le 30 juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess