Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En partie tourné à Nantes, le film "Cessez-le-feu" sort ce mercredi

-
Par , , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Nantes, France

Le film "Cessez-le-feu", en partie tourné à Nantes sort ce mercredi dans les salles. Le quartier Saint-Mihel et la Cigale ont servi de décors. Les habitants et les commerçants se souviennent très bien de l'acteur principal, Romain Duris, et de l'équipe du tournage.

Dès la bande-annonce, on reconnait le cours Cambronne
Dès la bande-annonce, on reconnait le cours Cambronne © Maxppp -

Le tournage du film "Cessez-le-feu" qui sort ce mercredi a marqué le quartier Saint-Mihel à Nantes. Il faut dire qu'une équipe de tournage d'une centaine de personnes, des acteurs en habits des années 1920 et des stars comme Romain Duris, ça ne passe pas inaperçu.

"Cessez-le-feu", c'est l'histoire de, Georges un héros de la guerre de 1914-1918 qui fuit son passé, mène une vie nomade et aventureuse en Afrique avant de décider de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère invalide de guerre, muré dans le silence.

Ils avaient pris un petit café et un croissant à la terrasse de mon café avant de commencer

Les scènes qui se déroulent en France ont en partie été tournées à Nantes, dans le quartier Saint-Mihel, au bord de l'Erdre, mais aussi cours Cambronne (on le voit dès la bande-annonce), à l'hôpital Saint-Jacques et à la Cigale, la brasserie de la place Graslin. Carine se souvient par exemple de l'équipe de tournage assise à la terrasse de son café, près de l'Erdre : "ils avaient pris leur petit café et leur petit croissant avant de commencer ! ". La venue des caméras a intrigué tout le quartier Saint-Mihel. Élodie, elle, se souvient surtout de l'acteur Romain Duris : "c'est pas souvent qu'on a des célébrités à Nantes, alors ça fait l'événement ! ".

Il y a les pavés et le pont Saint-Mihel qui rappelle l'esprit Gustave Eiffel

Les bords de l'Erdre incarnent parfaitement l'ambiance des années 1920, celles du film, pour Yoann qui est serveur depuis des années sur les quais : "il y a les pavés et bien-sûr le pont. Il est très beau architecturalement et il rappelle l'esprit Gustave Eiffel". Et bien sûr, pour la machine à remonter dans le temps, il y a aussi la Cigale, la brasserie de la place Graslin. Le responsable, Yannick Curty, a accueilli Romain Duris et l'équipe pour quelques scènes dans son restaurant dont le décor correspond parfaitement à l'ambiance du film, lui aussi. "Dans la salle du fond, vous avez des becs à gaz et les murs sont tels qu'ils étaient lors de l'inauguration de la Cigale", à la fin du XIXème siècle.

Romain Duris sur le pont Saint-Mihel
Romain Duris sur le pont Saint-Mihel © Maxppp -

Quand j'ai entendu sa voix, je me suis dit : "je vais rencontrer Romain Duris !"

Le réalisateur a aussi fait appel à des acteurs de la région, comme Alexandre Sibiril. Dans le film, il a une réplique dans les cinq premières minutes. C'est la première fois qu'il travaillait dans une grosse production. "Je suis un Poilu des tranchées dans le film. Et je me souviendrais toujours être monté dans la roulotte dans laquelle on allait tous s'habiller et j'entends la voix de Romain Duris. Et je me dis 'j'ai beau être comédien, je vais rencontrer Romain Duris !', ça fait quand même quelque chose", glisse-t-il dans un sourire. "C'est quelqu'un d'hyper agréable, gentil, simple d'accès. Et donc là, on m'habille. C'est la première fois que je suis en Poilu, qu'on me maquille avec de la boue, ça fait vraiment bizarre ! Et ensuite, j'arrive sur le plateau de tournage et je vois le réalisateur avec toute l'équipe technique, une centaine de personnes, ça commence à faire pas mal, et là je vois tout le décors des tranchées, ils ont creusé à deux mètres de profondeur, on s'y croit vraiment ! Et je me rappellerai aussi toujours de la première explosion lors des répétitions, je me suis dis 'là, on y est".

Comme Emmanuel Courcol pour "Cessez-le-feu", une dizaine de réalisateurs sont venus tourner à Nantes ces dernières années.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess