Culture – Loisirs

Les navigateurs sarthois ne sont pas des marins d'eau douce

Par Maïwenn Lamy, France Bleu Maine jeudi 5 octobre 2017 à 18:44

Yannick Le Bras, moniteur de voile, enseigne les bases de la navigation à une quarantaine de licenciés, au club de Marçon.
Yannick Le Bras, moniteur de voile, enseigne les bases de la navigation à une quarantaine de licenciés, au club de Marçon. © Radio France - Maïwenn Lamy

En Sarthe, il est possible de pratiquer la voile dans quatre clubs nautiques et contrairement à ce qu'affirment les dictons des grands-mères bretonnes, apprendre à naviguer sur des plans d'eau douce permet d'acquérir la technique pour devenir un bon marin.

Sur le lac de la Monnerie à La Flèche, ils sont une vingtaine à avoir bravé la pluie pour participer à une régate 100 % sarthoise. Parmi les skippers, Camille Le Bras, 15 ans, manœuvre avec agilité son Europe, un dériveur de 3,35 mètres de long. "Quand on me demande ce que je fais comme sport et que je dis que je fais de la voile, [...] c'est vrai que ça étonne pas mal de monde."

Naviguer sur des lacs, idéal pour apprendre à repérer les variations du vent

Evidemment, les sensations ne sont pas les mêmes que sur la mer. Il n'y a pas d'embruns, pas de vagues, et surtout, moins de vent. "Si on ne voit pas les variations du vent on peut très vite ne plus avancer du tout", explique Camille. Cette année, elle est tout de même arrivée troisième aux championnats de France de Miniji, un voilier de 3,6 mètres, manœuvrable par des personnes valides comme par des personnes en situation de handicap. Elle est certaine qu'apprendre à naviguer en Sarthe l'a aidée à atteindre ce niveau : "On apprend pas mal à repérer les variations de la direction du vent. En général on est plus habitués à ça que les gens qui ont appris à naviguer en mer", sourit la jeune fille.

Difficile d'attirer de nouveaux licenciés

Il faut dire aussi que Camille a été à bonne école. Son père, Yannick est moniteur de voile au club nautique de Marçon. Lui nuance les propos de sa fille : "Effectivement, naviguer que sur des plan d'eau intérieur, c'est bien tactiquement parce qu'on a de grosses variations de vent, mais on a des plans d'eau qui sont très restreints en terme de dimensions et on n'a pas de courant." Pour y remédier, le club de Marçon organise chaque année un stage en mer en Vendée. Il reconnaît aussi que la Sarthe a du mal à attirer de nouveaux licenciés. Ils sont environ 150 contre plusieurs milliers dans les départements maritimes voisins de Vendée ou de Loire-Atlantique. "Quand vous prenez l'exemple de la Bretagne, moi qui suis originaire de Brest, tous les enfants des écoles passent par les centres nautiques. En Sarthe, c'est un peu plus compliqué, ce n'est pas le sport de prédilection, donc effectivement on beaucoup de mal à attirer des jeunes pour assurer la relève", assure le moniteur.

En Sarthe, il est possible de pratiquer la voile dans quatre clubs :

Le reportage : La pratique de la voile en Sarthe, tout aussi formateur qu'en bord de mer.