Culture – Loisirs

Entre parasols et patrouilles militaires, Paris Plage clairsemé cet été

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris dimanche 7 août 2016 à 13:18

A Paris Plage, la voie Georges Pompidou est plus clairsemée que les autres années.
A Paris Plage, la voie Georges Pompidou est plus clairsemée que les autres années. © Radio France - Géraldine Houdayer

Les allées de Paris-Plage sont moins remplies que les autres années cette saison. En cause, la baisse du tourisme, la menace terroriste et ... le manque d'animations, pour certains visiteurs.

Vous avez jusqu'au 21 août pour profiter de Paris Plage au bassin de la Villette et sur le Parvis de l'hôtel de Ville de Paris. L'ambiance bikini durera encore plus longtemps sur la voie Georges Pompidou, puisque Paris Plage y est prolongé jusqu'au 4 septembre. Mais cette année, ambiance sécuritaire oblige, il y a moins de monde que d'habitude le long des transats et des parasols. Entre deux transats, les filles de Sonia font des châteaux de sable. La famille n'est pas sûre de quitter Asnières cet été, alors Paris plage, c'est un bon moyen de profiter : « C’est sympa pour les enfants. On a fait du baby-foot tout à l’heure, là on va aller tester le bowling… Être en plein air et sur des zones piétonnières, c’est agréable. On en profite pour visiter Paris autrement, » sourit la mère de famille.

"Je m'attendais à quelque chose qui bouge un peu plus!" Nathalie, venue de l'Essonne

Nathalie, venue de l'Essonne, trouve l'ambiance un peu maussade cette année. « Il n’y a pas grand-chose qui se passe, souffle cette habitante de l’Essonne. Il n’y a pas d’animations, pas de petits groupes de musique, pas de gens qui dansent…Je m’attendais à quelque chose qui bouge un peu plus ! " C'est sûr, l'ouverture des sacs à l'entrée, les militaires et les policiers qui patrouillent armés, ça change un peu l'ambiance. Les risques d’attaque sont dans toutes les têtes.

"Moi, je n’ai pas envie de me priver de sortir à cause des terroristes. "Anne-Sophie, une parisienne venue bronzer

Mais Anne-Sophie, une parisienne en bikini, veut continuer à faire bronzette : « Malheureusement, il faut vivre avec. Et puis maintenant, ça peut arriver n’importe où. Alors je me dis qu’il faut profiter. Bien sûr il faut faire attention, mais si ça doit arriver ici, ça arrivera. Moi je n’ai pas envie de me priver de sortir à cause des terroristes. Ce qu’ils veulent c’est qu’on ne profite plus, qu’on ne sorte plus de chez soi. Moi je n’ai pas envie de leur donner raison. Comme Anne Sophie la plupart des visiteurs sont sereins. Mais « c'est vrai, il y a moins de monde cette année », reconnait le régisseur général de Paris-Plage.