Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Entre rien et un petit peu, il faut prendre le un petit peu", selon le directeur du festival ODP Talence

-
Par , France Bleu Gironde

Les festivals pourront se tenir cet été, mais dans une forme inédite à cause de la crise sanitaire. La jauge est fixée à 5 000 spectateurs en plein air, et tous doivent rester assis. "Il y a des moyens de jouer alors il faut jouer", explique Sébastien Lussagnet, directeur du festival ODP Talence.

Sébastien Lussagnet, directeur du festival ODP Talence, était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi.
Sébastien Lussagnet, directeur du festival ODP Talence, était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi. - Capture d'écran France 3

"On s'est dit qu'il faut y aller, tout le monde en a besoin", explique Sébastien Lussagnet, directeur du festival ODP Talence, invité de France Bleu Gironde mardi 23 février. Un nouveau protocole sanitaire a été dévoilé par la ministre de la Culture pour que les festivals puissent se tenir à partir de cet été : pas plus de 5 000 spectateurs en plein air, et tous devront rester assis. Alors que beaucoup de gros événements ont annoncé dans la foulée leur annulation, le festival ODP Talence, qui se tiendra du 23 au 26 septembre 2021 au parc Peixotto, est maintenu. "Il y a un vrai manque aujourd'hui", confie-t-il. "Alors s'il y a des possibilités de jouer, il faut jouer. Entre rien et un petit peu, je pense qu'il faut prendre le un petit peu."

"Ce n'est pas vraiment l'esprit festival", concède Sébastien Lussagnet. "Mais notre festival est dans six mois donc les choses peuvent évoluer. Ces premières recommandations vont être revues tous les mois donc on espère évidemment que les choses vont changer." Car le directeur du festival ODP Talence l'avoue : "C'est impossible de garder 5 000 personnes assises. On aura beau mettre des gradins et des tribunes, s'ils ont décidé de se lever, on ne pourra rien faire." Le staff du festival girondin avait déjà imaginé plusieurs protocoles sanitaires, mais jamais aussi strict."On pensait qu'il y aurait des tests PCR à l'entrée, le port du masque obligatoire et les consignes de distanciation", développe Sébastien Lussagnet. "

Une perte de 4 000 spectateurs par soir

Avec ce protocole, "techniquement c'est un coût monstre", explique le directeur du festival. "Créer 5 000 places avec de la distanciation aujourd'hui, c'est créer 10 000 places assises en tout. Cela coûte entre 130 000 et 150 000 euros pour un festival comme le nôtre. Les buvettes et la restauration, c'est aussi un poste indispensable", continue-t-il. "On espère qu'il va y avoir de la cohérence. Aujourd'hui, nous pouvons acheter de la street-food en ville, mais ce serait interdit en festival. Pareil pour les cafés à emporter par exemple. Il faut qu'il y ait une vraie discussion." Sébastien Lussagnet s'attend à perdre 4 000 spectateurs par soirée sur les quatre jours de festival, "mais on avait déjà anticipé cette jauge à 5 000 personnes dans nos financements", indique-t-il.

"Donc aujourd'hui on attend des aides", détaille Sébastien Lussagnet. "On ne les a pas vues l'an dernier, donc je ne sais pas si on les verra cette année. Avec ces annonces, nos partenaires et mécènes prennent un peu peur, ils ont des doutes. Heureusement qu'il y a la partie subvention classique, qu'on reçoit de la part de certaines collectivités. Mais ça reste une part infime de notre budget", affirme le directeur du festival ODP. "Ce qui est plutôt rassurant, c'est qu'on n'a jamais eu un aussi bon départ pour les réservations que cette année. Il faut vraiment que le public sache que quoi qu'il arrive, nous allons donner le maximum pour offrir une prestation qui procure le plus de plaisir et d'émotions", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess