Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Et si on jouait à la bataille avec Jeanne d'Arc ?

samedi 2 septembre 2017 à 18:12 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

Un jeu de société qui retrace la bataille d'Orléans pourrait sortir dans les prochains mois. Initié par des orléanais pour "contribuer au rayonnement" d'Orléans il est présenté ce week-end au festival Orléans Joue et cherche un distributeur.

"Jeanne d'Arc, la bataille d'Orléans" était présenté au Festival Orléans Joue en avant-première
"Jeanne d'Arc, la bataille d'Orléans" était présenté au Festival Orléans Joue en avant-première © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

C'est pour le moment un simple prototype, pas la version définitive, mais si les choses se déroulent comme Philippe Hadef les envisage, cela pourrait devenir un des produits phares de la communication d'Orléans Métropole. Le président de l'association H2O, également rédacteur en chef de l'hebdomadaire gratuit La Tribune Hebdo, a en tout cas réussi à convaincre les collectivités locales du potentiel de son jeu de société sur ce terrain de la communication. Il a obtenu 10 000 euros de subventions pour la conception, la création et la mise au point d'un prototype. Pour la suite, la fabrication du jeu, une campagne de financement participatif sera lancée en octobre prochain. Il restera encore à trouver un distributeur, et si c'est le cas, "la bataille d'Orléans" sortira en 2018.

On joue beaucoup aux jeux de société, et on aime celui-ci, un peu complexe, avec beaucoup de réflexion

Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, donc, mais l'épreuve des joueurs, les habitués, les intraitables, n'était pas la moindre d'entre elles. Baptême du feu ce week-end au Campo Santo, à l'occasion du festival Orléans Joue. Et baptême plutôt réussi. "On joue beaucoup aux jeux de société, on aime beaucoup ce genre de jeu un peu complexe avec beaucoup de réflexion" se réjouit l'une des premières à se lancer dans la bataille d'Orléans. Face à elle Ludovic, qui incarne comme les autres l'un des compagnons de Jeanne d'Arc en 1428 : "je ne sais pas exactement qui je suis, Dunois ou un autre. Des jeux de société avec Jeanne d'Arc il n'y en a pas tant que ça, surtout qui essaient de coller à la réalité historique". En fait des jeux avec Jeanne d'Arc il y en a, mais ce sont plutôt des "war games", une discipline réservée à des joueurs plutôt attirés par l'heroic fantasy, les dragons, etc.

Un jeu sur Jeanne d'Arc dans lequel personne ne sera Jeanne d'Arc

Un public familial

Ca n'était pas le public visé : "nous on vise un public familial, on a donc opté pour un jeu de stratégie, dans lequel vous ne serez jamais Jeanne d'Arc, c'est l'une des particularités" explique Philippe Hadef. "On voulait respecter l'histoire. Elle est un personnage centrale de l'histoire, c'est elle qui mène le jeu, mais elle ne combat pas". L'explication c'est Sylvia Caron qui la livre, membre également de l'association H2O : "Jeanne ne doit pas jouer car elle ne doit pas perdre, elle doit libérer Orléans et remettre Charles VII sur son trône".

Je savais que j'aurais une histoire à raconter et c'est important quand on crée un jeu de société

Jeanne est donc la figure tutélaire du jeu, qui consiste à remporter les places fortes de la bataille d'Orléans, tout en piochant au passage quelques notions d'histoire. "Ceux qui ne veulent que jouer le pourront" explique Dominique Breton, le créateur du jeu. "Mais ceux qui voudront aussi apprendre auront dans le livret de règles une histoire racontée par un spécialiste de Jeanne d'Arc (en l'occurrence Olivier Bouzy, le directeur du Centre Jeanne d'Arc), il livrera des anecdotes. Et puis sur certaines cartes, il y aura des petites histoires, c'était vraiment la demande des porteurs du projet". Un travail qui a beaucoup amusé Dominique Breton : "j'ai récupéré des plans de la bataille. Je savais que j'aurais une histoire à raconter, et quand on crée un jeu c'est ça qui compte, comme quand on écrit un livre. Et puis c'était nouveau pour moi en terme de création, moi qui crée plutôt des jeux d'ambiance, où on crie, on rit. C'était une belle expérience".

Un distributeur en Corée du Sud

L'objectif maintenant c'est de trouver un distributeur, en France et dans le monde, Philippe Hadef croit beaucoup au pouvoir de rayonnement de Jeanne d'Arc. Il affirme d'ailleurs avoir été contacté par un distributeur de Corée du Sud, où la pucelle a une dimension symbolique importante. L'Asie est donc un marché potentiel, tout comme l'Allemagne. Les créateurs seront d'ailleurs au Salon du Jeu d'Essen en octobre prochain, c'est le Festival de Cannes du jeu de société.