Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Et si vous faisiez une croisière sur la Seine, entre Paris et Honfleur ?

L'Axe Seine, qui réunit six départements en Normandie et en Île de France, veut développer le tourisme fluvial sur la Seine. En 2018, près de 87000 touristes ont fait une croisière sur un des vingt bateaux qui naviguent entre Paris et Honfleur.

La halte fluviale de Vernon, une des étapes d'une croisière sur la Seine
La halte fluviale de Vernon, une des étapes d'une croisière sur la Seine © Radio France - Laurent Philippot

Eure, France

En France pour les croisières fluviales, il y a le Rhin, 133 bateaux l'an dernier, et le reste :  21 bateaux sur le Rhône ou la Saône,  avec l'an dernier 87000 passagers, la Seine et l'Oise arrivent en troisième position avec 20 bateaux. La volonté de l'axe Seine, composée des départements de l'Eure, de la Seine Maritime, du Calvados,  du Val d'Oise, des Yvelines et des Hauts de Seine, c'est de s'approprier le fleuve, en créant à terme une marque autour de la vallée de la Seine. Bien longtemps, les villes ont tourné le dos au fleuve, ce que regrette Joséphine Kollmannsberger, "même les gens qui sont sur les berges aujourd'hui n'ont pas conscience que les bateaux qui passent regardent les rives" explique la vice présidente en charge du tourisme au conseil départemental des Yvelines. Mais peu à peu, les collectivités se rendent compte que cette forme de tourisme est une manne financière pour développer les territoires et les faire connaître.

130 millions d'euros de retombées économiques

Les bateaux de croisière accueillent une clientèle plutôt âgée et plutôt aisée : Les dépenses journalières des passagers sont estimées à 45 euros par jour. Pourtant, certains regrettent de voir seulement les bateaux passer. "L'idée", martèle le président de l'Axe Seine et président du département de Seine Maritime, Pascal Martin, "c'est de retenir les touristes à terre" en proposant leur proposant des services, comme des vélos électriques, des concerts ou de l'accueil dans les communes qui disposent d'une halte fluviale. Un meilleur accueil, ça passe par exemple par l'installation d'une borne électrique, "nous n'en avons pas aux Andelys" s'agace Frédéric Duché, le maire de la commune. 

Un bateau de 135 mètres qui tourne pendant six heures pendant des escales, c'est pas écologique" - Frédéric Duché, maire des Andelys. 

Les touristes doivent pouvoir être accueillis en toute sécurité, et trouver à terre ce qu'ils cherchent, des lieux à visiter, mais aussi un accueil chez des commerçants qui parlent au moins anglais, ce qui n'est pas souvent le cas. Selon l'élu, la croisière sur la Seine, c'est du slow tourisme, du tourisme vert. Pour rendre la Seine plus attrayante, il faut aussi l'animer. 

Les quais de Rouen accueilleront l'Armada 2019, du 6 au 16 juin - Radio France
Les quais de Rouen accueilleront l'Armada 2019, du 6 au 16 juin © Radio France - Laurent Philippot

C'est le cas avec l'Armada à Rouen ou avec la deuxième édition de Fête en Seine les 28 et 29 septembre 2019.  Le développement du tourisme sur la Seine passe aussi par l'animation des rives du fleuve, par exemple avec la Seine à Vélo, initiée par le département de l'Eure." Des départements situés en amont de Paris se disent intéressés par son prolongement" indique François Philizot, le délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine. La Seine à vélo, c'est plus de 400 kilomètres de pistes cyclables aménagées qui permettent de rejoindre Paris au Havre ou à Deauville.