Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : Eurockéennes, FIMU, Rencontres et Racines, Bock'sons, les festivals auront-ils lieu ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Les festivals seront-ils maintenus cet été? En Belgique, le ministre de l’Intérieur a estimé qu’il y a une probabilité qu’ils soient reportés. Le Glastonbury en Angleterre, qui attendait fin juin 200.000 spectateurs, est annulé. Les festivals du nord Franche-Comté essayent d’être optimistes.

Le festival des Eurockéennes avait accueilli en 2019 plus de 125 000 personnes
Le festival des Eurockéennes avait accueilli en 2019 plus de 125 000 personnes © Radio France - Régine Jessel

On continue à travailler sur l’organisation, en essayant d’être optimiste” confie Mathieu Spiegel. Il est la tête du FIMU, festival belfortain gratuit qui doit accueillir dans deux mois plus de 1000 musiciens. Plus de 100 000 spectateurs sont attendus sur quatre jours. En plein épidémie, le directeur de l’événement belfortain explique que les 12 salariés sont tous chez eux, sur leurs ordinateurs pour préparer “les plannings, les calendriers, contacter les artistes du monde entier”.

Mais il reconnaît que ce “n’est pas facile de se projeter”. Son espoir : une déclaration du ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, qui a pour ambition d'ouvrir les écoles le 4 mai, soit quatre semaines avant le début du Festival International de Musique Universitaire. “On s’accroche à ça”.  

Maintenir les festivals pour apporter un peu de légèreté ... 

A Audincourt, ce sont ainsi près de 40 000 festivaliers qui sont attendus fin juin pour écouter Philippe Catherine ou encore Les Têtes Raides. “_Je ne suis pas devin_, mais j’espère qu’il va se tenir” Mathieu Sabarly, le directeur et programmateur du festival doubien ne veut pas se prononcer. Impossible dit-il d’être catégorique. Fin mars devait être la période où les bénévoles sont recrutés, où la communication devait se faire autour de la billetterie. Il continue à y croire “on se dit qu’après tout ça on aura besoin d’un moment de convivialité, de se retrouver ensemble, et de retrouver de la légèreté”. 

... Mais les festivals prennent des risques

On travaille comme si tout allait se faire, mais potentiellement on travaille dans le vide” poursuit Mathieu Sabarly, qui attend surtout des directives de la part du gouvernement, “on fait comme si tout allait bien se passer et on le souhaite. Mais il va falloir à un moment avoir des directives car nous faire annuler au dernier moment va être compliqué que ce soit au niveau humain ou financier. En attendant on parie sur l’avenir, mais plus on parie, plus on engage des frais, et plus on prend des risques pour notre survie”.  

Communication interrompue aux Eurockéennes

Aux Eurockéennes, la communication autour des ventes de la billetterie est suspendue jusqu’à nouvel ordre, “cela nous semblait curieux de dire venez acheter nos places en cette période, mais on continue de construire le festival, en attendant d’éventuels instructions de la part du gouvernement” 

Tous les contrats signés à Valentigney 

Même son de cloche du côté du festival le Bock’sons à Valentigney, “où tout est prêt, les contrats sont signés, on va espérer qu’on ne travaille pas pour rien”. Le maire Philippe Gauthier précise cependant qu’il n’aura “aucun état d’âme à annuler le festival pour assurer la santé publique” 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu