Culture – Loisirs

EXCLU - Une salle de 6.500 places en projet à Manduel

Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère jeudi 15 juin 2017 à 18:44

Le complexe serait construit sur la zone d'aménagement Magna Porta, autour de la gare TGV
Le complexe serait construit sur la zone d'aménagement Magna Porta, autour de la gare TGV © Radio France - Nîmes Métropole

Le bâtiment serait construit sur un terrain d'environ cinq hectares, sur la zone d'aménagement Magna Porta, à à Manduel (Gard), autour de la future gare TGV.

C'est une information France Bleu Gard Lozère : une nouvelle salle de 6.500 places pourrait sortir de terre à Manduel !

L'idée a été présentée vendredi 9 juin en conférence des maires de l'agglo. Si le projet se concrétise, le bâtiment sera construit sur un terrain d'environ cinq hectares, sur la zone d'aménagement Magna Porta, autour de la future gare TGV.

Pour l'instant, Nîmes Métropole ne souhaite pas communiquer sur le sujet, mais nous sommes en mesure de vous révéler les détails de ce projet.

Il serait articulé autour d'un dojo, une salle dédiée à la pratique des arts martiaux, qui comporterait 10 tatamis, avec pour objectif de recevoir des compétitions et des stages d'équipes nationales.

Mais la salle pourrait également accueillir des sports collectifs : handball, volley-ball ou encore basket-ball, en mettant l'accent sur les clubs féminins. D'ailleurs un terrain de football, d'une capacité de 1.000 places, destiné aux filles de Nîmes Métropole jouxterait le bâtiment.

Enfin, dans sa version modulable, le complexe pourrait se transformer en salle de spectacles.

Un projet d'environ 25 millions d'euros

Dans sa configuration maximale, la salle pourrait accueillir 6.500 spectateurs, une jauge qui lui permettrait de postuler au label Arena.

Le coût estimé du projet s'élève à près de 25 millions d'euros. Resterait ensuite à le rentabiliser. Pas le plus simple... Les coûts de fonctionnement de ce type d'infrastructures sont souvent exorbitants : au bas mot, entre deux et trois millions d'euros par an.

Si le projet voit le jour, le complexe serait inauguré en 2019, en même temps que la gare TGV.

Luttes d'influences politiques

Mais alors qu'il n'en est encore qu'au stade de l'ébauche, le projet fait déjà débat, sur fond de luttes d'influences politiques entre l'agglo et la ville de Nîmes.

Les opposants au projet, sans grande surprise, proviennent des rangs des élus nîmois, sans doute soucieux de la façon de gérer les deniers publics, et qui sait, peut-être un peu aussi, de préserver leurs prérogatives. Parce qu'une telle salle pourrait bien récupérer quelques compétitions organisées actuellement au Parnasse ou des spectacles qui jusqu'à maintenant se tenaient à Paloma, voire, crime de lèse majesté suprême, dans les arènes elles mêmes.

Le projet n'a pas fini de faire couler de l'encre, peut-être même presque autant que la future gare TGV elle-même.