Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Faut-il déplacer l'église de Varengeville-sur-Mer, menacée par l'érosion ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

L'église de Varengeville sur Mer, dressée en bord de falaise, est menacée par l'érosion. Ce joyau artistique, qui abrite un vitrail de Georges Braque, risque de disparaître d'ici 30 ans si rien fait pour la sauver. L'une des hypothèses évoquées est de déplacer l'église sur des rails.

L'église de Varengeville sur Mer est située à quelques dizaines de mètres du bord de falaise.
L'église de Varengeville sur Mer est située à quelques dizaines de mètres du bord de falaise. - Jean Pierre Rousseau

Varengeville-sur-Mer, France

D'abord, on est saisi par le tableau de cette petite église qui regarde fièrement vers la mer. Perchée sur la falaise, elle offre une vue sublime sur la côte d'Albâtre. Pas étonnant qu'elle attire jusqu'à 60.000 visiteurs par an. Puis, à l'entrée dans l'église, on ne voit que lui : le vitrail de Georges Braque, éblouissant dans ses dominantes de bleu. Le peintre est d'ailleurs enterré dans le cimetière marin autour de l'église, au milieu de Varengevillais et d'artistes tombés comme lui amoureux du site.

L'église de Varengeville-sur-Mer remonte au XIe siècle. On raconte qu'elle a été construite à un kilomètre de la mer, elle se trouve aujourd'hui à quelques dizaines de mètres du bord de la falaise. Le trait de côte recule de 30 centimètres par an en moyenne. Pire, "en ce moment, de grands pans de falaises s'écroulent", précise le maire de Varengeville, Patrick Boulier. Mais en réalité, l'église, construite en pente et sur une couche d'argile, est surtout menacée par un glissement de terrain. Depuis 25 ans, des millions d'euros ont été dépensés pour la consolider. Hélas, ce n'est plus suffisant: si rien n'est fait d'ici 30 ans, elle risque de disparaître. 

Déplacer l'église d'une centaine de mètres

Plusieurs hypothèses sont évoquées pour sauver l'édifice et l'une d'elles serait de la déplacer. C'est un Varengevillais - aujourd'hui décédé - qui a réfléchi à cette idée avec des amis ingénieurs. Ils avaient pensé à placer des vérins sous les fondations, puis installer un système de rails et roulettes. La technique a déjà été expérimentée aux États-Unis. Le rêve de ce Varengevillais était de déplacer l'église d'une centaine de mètres. 

L'idée ne séduit pas Robert, un résident britannique qui vit ici depuis 20 ans. Lui n'est pas favorable au déplacement car "c'est surtout le site qui frappe les visiteurs". Frédéric Dumouchel, peintre dans le village, est moins fermé à cette option: "Si c'est pour la maintenir, pourquoi pas? Maintenant, j'espère qu'elle restera le plus longtemps possible ici... Et en tout cas de mon vivant!", dit-il en riant. 

Les Varengevillais sont appelés à faire un don pour l'église

D'autres solutions sont envisagées pour sauver l'église de Varengeville sur Mer: le renforcement du soutènement ou... la destruction. "Quand on voit tous les temples grecs qui sont au bord de la mer et qui n'existent plus...", avance, un brin fataliste, le maire. Et peut être, au final, qu'il n'y aura pas besoin de déplacer l'église. Patrick Boulier cherche actuellement 200.000 euros pour faire des sondages et comprendre les mouvements géologiques sous l'édifice

L'église est classée et l’État, à ce titre, va aider mais le maire appelle aussi tous les Varengevillais à se mobiliser. "Quand vous avez une maison à Varengeville, la valeur de votre propriété et de votre cadre de vie, vous le devez aussi au fait qu'il y ait un patrimoine et il faut y contribuer." Un argument auquel sera peut-être sensible un tout nouveau résident varengevillais: le milliardaire Jérôme Seydoux, patron des cinémas Gaumont Pathé, qui vient d'acquérir la propriété du Bois des Moutiers.

Reportage à Varengeville sur Mer où l'église en bord de falaise est menacée