Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Feria d'Hagetmau, grands toros et Aguado

dimanche 31 juillet 2016 à 22:36 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La feria d’Hagetmau… ce dimanche après-midi la deuxième novillada du cycle : novillos d’Ana Romero pour Pablo Aguado, Leo Valadez et Luis David Adame. Une oreille pour chacun des trois toreros et une course de très bon niveau.

Un taureau (illustration).
Un taureau (illustration). © Maxppp - MaxPPP

Hagetmau, France

Intéressante, voire même par moment brillante cette corrida d’Ana Romero après le très bon lot de Raso de Portillo de samedi. Une course dominicale  physiquement bien dans le type de la ganaderia. Toros majoritairement de robes gris cendre, aux museaux fins et pointus, vifs dans leurs charges. Une novillada solide au cheval avec de la constance, des « toros » qui, quoique » mansotes » à leur sortie, qui flirtent un temps avec la barrière pour chercher une issue, se sont employés sans fléchir, s’investissant avec opiniâtreté dans l’exercice au cheval et offrant de la qualité dans les charges ensuite.

Jean - Michel Dussol , écrivain et journaliste à" La Dépêche ".

Le premier exemplaire »Fragata », très joli cornu, bien dans la souche des Buendia, fait étalage d’une profonde bravoure et d’une belle race sur deux piques très engagées. Puis sa noblesse équivalente est enfin récompensée d’un tour de piste. Si face à cet arsenal les trois toreros ont coupé chacun un pavillon, seul Pablo Aguado sort du lot. Le sévillan d‘Estrémadure torée avec bon gout, classicisme et sérieux. Il tue mal ce qui le prive d’une gros triomphe légitime. Les deux coreligionnaires latino-américains Valadez et Adame quant à eux, ont montré bien des limites coupables face à du bétail d’excellence. Du caviar à des cochons, non pas tant  ...quoique tout de même!