Infos

Feria de Dax : des chevaux, une femme, et Juan Del Alamo

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne lundi 15 août 2016 à 23:36

Juan Del Alamo a coupé la seule oreille de cette dernière corrida
Juan Del Alamo a coupé la seule oreille de cette dernière corrida © Radio France - Henri Stassinet

La feria de l’Assomption à Dax, c’était en direct sur France Bleu Gascogne. Ce mardi midi "Callejon spécial feria" pour le bilan taurin.

Ce lundi, clôture : corrida à cheval le matin et course de Baltasar Ibàn le soir.

La corrida à cheval avec gros triomphe, dix oreilles coupées et une arène archicomble. Quatre trophées pour Hermoso de Mendoza et quatre également pour Leonardo Hernandez. Trois oreilles pour la nîmoise prodige Léa Vicens.

Léa Vicens, la jeune cavalière nîmoise est aujourd'hui une vedette de la tauromachie à cheval.

Le soir, clôture taurine avec une course assez terne des Baltasar Ibàn, une seule oreille coupée par Juan Del Alamo, bien mal récompensé par le public le jeune matador castillan.

La conclusion musicale par les bandas et peñas au terme de la dernière corrida de feria, c’est bien, c’est beau, c’est un superbe moment de partage et de communion. Mais oublier avant cela, dans l’urgence de l’"Agur Jaunak", que des toreros toréent, c’est non seulement injuste et déplacé  mais cela relève de la faute collective et aussi particulière, celle de la présidence de la course. Juan Del Alamo, en deux jours, s’est attaché, sur deux corridas compliquées, et face à du bétail sérieux, à valoriser la tauromachie classique, authentique, sincère. A 25 ans- le même âge que le gascon Thomas Dufau et le même nombre de saisons chez les matadors, 5 - le natif de Ciudad Rodrigo a prodigué toreo engagé et inspiré. Il coupe la seule oreille de la course d’Ibàn et aurait largement mérité d’en couper une seconde à l’issue de la course. Pour une œuvre très significative. Sans l’apathie d’un public sans doute usé par cinq jours de fête et impatient d’entendre la musique. Bref, comme la présidence, qui a toute autorité, n’a pas cru bon d’imposer légitimement de son chef un nouveau trophée amplement mérité, Del Alamo est injustement victime de circonstances évitables. En exergue, encore à son crédit, la remarquable prestation de sa cuadrilla et notamment celle de ses deux picadors, Francisco Gonzales et Oscar Bernal, impeccables. Tout ce que l'on demande à la tauromachie de vérité. Encore faut ils avoir la respecter et l'apprécier !

Ecouter la corrida de ce lundi 15 août

Partager sur :