Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Feria de Dax 2018

Ferias de Dax : dix ans après avoir été gracié, Desgarbado est mort au campo

jeudi 26 avril 2018 à 18:51 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Dernière étape de notre voyage au campo. Pendant cinq jours, nous avons suivi la commission taurine de la Ville de Dax, en Espagne pour voir les taureaux de la temporada, la saison taurine. Dernier arrêt au nord de Madrid, à Guadalix de la Sierra, chez Victoriano del Rio. La ganaderia de Desgarbado.

Chez Victoriano del Rio (avec à ses côtés Jacques Pons de la commission taurine), les derniers souvenirs de l'indulto de Desgarbado à Dax, en 2008
Chez Victoriano del Rio (avec à ses côtés Jacques Pons de la commission taurine), les derniers souvenirs de l'indulto de Desgarbado à Dax, en 2008 © Radio France - Valérie Mosnier

Dax, France

France Bleu Gascogne termine, ce vendredi, son périple au cœur du campo. Toute la semaine, nous avons suivi la commission taurine de la ville de Dax. Elle est partie au début du mois d'avril en Espagne voir les taureaux de la temporada, de la saison taurine 2018. Près de 3.000 kilomètres parcourus jusqu'en Andalousie, à la frontière Portugaise. Dernière étape de notre voyage au nord de Madrid, sur la ganaderia de Victoriano del Rio, à Guadalix de la Sierra

Les montagnes de la Sierra de Guadarrama servent de cadre au décor à la ganaderia de Victoriano del Rio. 

L'entrée d'une des fincas, une des fermes, de la ganaderia Victoriano del Rio : "El Palomar" à Guadalix de la Sierra - Radio France
L'entrée d'une des fincas, une des fermes, de la ganaderia Victoriano del Rio : "El Palomar" à Guadalix de la Sierra © Radio France - Valérie Mosnier
Remontée vers le nord pour voir les taureaux de Victoriano del Rio qui seront à Dax en septembre, pour Toros Y Salsa - Radio France
Remontée vers le nord pour voir les taureaux de Victoriano del Rio qui seront à Dax en septembre, pour Toros Y Salsa © Radio France - © Oanna Favennec - Olivier Uguen

L'élevage a été créé en 1984, mais Victoriano del Rio est ganadero depuis 1960. Cet entrepreneur madrilène est issu d'une famille d'éleveurs : "Cette année, ça va faire 150 ans que mon arrière-arrière grand-père a eu l'idée de sa première corrida à Madrid. Cinq générations entre mon arrière-arrière grand-père, mon arrière grand-père, mon grand-père, ma mère et moi." Aujourd'hui, la relève semble assurée puisque l'un de ses fils l'accompagne pour la visite de l'enclos du lot qui sera présent à Toros Y Salsa, le dimanche 9 septembre : une corrida pour Enrique Ponce, Alejandro Talavante et le jeune Gascon El Adoureño, qui prendra son alternative.

Le lot des taureaux Victoriano del Rio pour Enrique Ponce, Alejandro Talavante et El Adoureño, qui prendra son alternative à Dax le 9 septembre  - Radio France
Le lot des taureaux Victoriano del Rio pour Enrique Ponce, Alejandro Talavante et El Adoureño, qui prendra son alternative à Dax le 9 septembre © Radio France - Valérie Mosnier

La descendance assurée pour quelques années 

Victoriano del Rio connaît bien les arènes de Dax. C'est ici, il y a dix ans que l'un de ses taureaux a été gracié : Desgarbado. Le seul indulto à Dax remonte à 2008. L'éleveur se souvient encore de ce moment : "C'est le comble des merveilles. On se dit qu'on a fait ce qu'il fallait pour que ce taureau soit gracié. Beaucoup d'indultos ont été accordés sur le coup de l'émotion. Mais ce taureau avait les critères pour justifier une grâce. Et il a pu transmettre ses qualités à sa descendance : une grande mobilité et un très bon galop." Après avoir été gracié,  Desgarbado aura mis du temps à se remettre de ses blessures. Il a souffert d'une infection, due à la pique. C'est donc un an après son retour au campo qu'il a commencé à se reproduire, et avoir une vie de semental. "Il a donné naissance à _une moyenne de dix taureaux par an, pendant dix ans. Autrement dit, 90 taureaux_" explique son ganadero.

Chez Victoriano del Rio, les souvenirs de ce 7 septembre 2008, quand Desgarbado a été grâcié dans les arènes de Dax lors de la dernière corrida de Toros Y Salsa - Radio France
Chez Victoriano del Rio, les souvenirs de ce 7 septembre 2008, quand Desgarbado a été grâcié dans les arènes de Dax lors de la dernière corrida de Toros Y Salsa © Radio France - Valérie Mosnier

Aujourd'hui, malgré la mort de ce taureau, en fin d'année dernière, Desgarbado, en français "le dégingandé" donne encore le sourire à Victoriano del Rio : "Il a donné de très bons produits." Cette année, il n'y aura pas de fils de Desgarbado dans les arènes de Dax, deux seront à Madrid et deux autres pour une arène de 3e catégorie. "Pour l'année prochaine, il en reste quelques uns, et après c'est fini !" En tout cas pour l'instant, parce que Victoriano del Rio a gardé de la semence de Desgarbado : "Beaucoup de vaches sont filles de ce taureau. Il faut laisser passer quelques années, dix ou quinze ans, pour qu'il n'y ait pas de consanguinité." Il a aussi vendu dix-sept vaches et de la semence à un ganadero français, et en a fait cadeau un ami torero, dont il ne veut pas dire le nom. 

Le ganadero Victoriano del Rio avec Jacques Pons, membre de la commission taurine de Dax, et président de la corrida le 7 septembre 2008 - Radio France
Le ganadero Victoriano del Rio avec Jacques Pons, membre de la commission taurine de Dax, et président de la corrida le 7 septembre 2008 © Radio France - Valérie Mosnier

Reste que la promesse, faite il y a quatre ans, n'aura pas été tenue. L'éleveur s'était engagé à donner la tête de Desgarbado à la cité thermale.