Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Feria de Dax 2018

Ferias de Dax : rencontre au campo avec Victorino Martín fils

mardi 24 avril 2018 à 18:07 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Au cœur du campo. Toute cette semaine, France Bleu Gascogne accompagne la commission taurine de la ville de Dax en Espagne. La troisième étape de notre périple, nous conduit dans la province de Cacerès, à Portezuelo, dans l'un des élevages les plus prestigieux. La ganaderia Victorino Martin.

Après le décès de son père en octobre dernier, Victorino Martín fils sera seul à dans les arènes de Dax pour la Feria et Toros Y Salsa
Après le décès de son père en octobre dernier, Victorino Martín fils sera seul à dans les arènes de Dax pour la Feria et Toros Y Salsa © Radio France - Valérie Mosnier

Dax, France

France Bleu Gascogne est toujours au cœur du campo.  Une semaine pour découvrir l'envers du décor, celui où sont élevés les taureaux. La commission taurine de Dax est partie, il y a quelques jours ,en Espagne pour voir les taureaux de la temporada 2018. Près de 3.000 kilomètres de voiture. Pour le troisième arrêt de notre voyage, on descend plus au sud, dans la province de Cacerès, à Portezuelo (communauté autonome d'Extremadura). C'est ici que se trouve l'un des élevages les plus prestigieux, celui de Victorino Martín

En octobre dernier, la ganaderia a perdu celui qui a fait sa renommée : Victorino Martín Andrés, 88 ans, est mort des suites d'un accident vasculaire cérébral. Il était présent chaque année à Dax avec son fils, Victorino Martín. Ce dernier se retrouve donc seul aux affaires. Même s'il gérait la ganaderia depuis une dizaine d'années, c'est sa première temporada sans son père : "Sur le plan professionnel, il ne me manque pas énormément. Mais sur le plan personnel, il encore très présent. J'ai toujours vécu avec lui, j'étais très proche de lui. Chaque fois que je trouve face à un problème, je réfléchis qu'est-ce-que mon père aurait pensé, qu'est-ce-qu'il aurait fait ? Et je progresse comme ça."

L'entrée de la ferme des Victorino Martín, à Portezuelo. Mais, les taureaux sont bien plus loin dans d'immenses enclos - Radio France
L'entrée de la ferme des Victorino Martín, à Portezuelo. Mais, les taureaux sont bien plus loin dans d'immenses enclos © Radio France - Valérie Mosnier
Troisième étape, plus au sud : la région d'Extremadura avec la ganaderia Victorino Martín - Radio France
Troisième étape, plus au sud : la région d'Extremadura avec la ganaderia Victorino Martín © Radio France - Oanna Favennec

C'est avec un large sourire, que Victorino Martín fils nous accueille sur la finca, la ferme. Ici tout est marqué du fer de la Ganaderia. L'élevage a connu son apogée dans les années 1980. C'est Victorino Martín père, fils de paysan, qui, dans les années 60 a racheté avec son frère l’élevage d’Escudero qu’on allait mener à l’abattoir faute d’argent. En quelques années, il en fait l'une des ganaderias les plus prestigieuses. Ces taureaux de Victorino Martin, sont reconnaissables avec leur robre grisée, signe de l'encaste, l'origine, des Santa Coloma, et leur comportement imprévisible. "Mon père disait que l'important dans la corrida, c'est d'abord le taureau. Tout a du mérite, même de s'échapper devant lui, mais l'élément primordial reste c'est le taureau. Si on parle de philosophie, celle de la maison c'est le taureau !"

J'aimerais qu'au fil des ans, on dise que j'ai été le digne fils de mon père

Aujourd'hui, son fils, vétérinaire de profession, a la lourde tâche de continuer : "Continuer dans les idées, la philosophie. je vais continuer l'oeuvre de mon père." Se sent-il à la hauteur ? "La vie le dira. Je ne peux pas le dire à sa place, mais j'aimerais qu'au fil des ans, on dise que j'ai été le digne fils de mon père."

Victorino Martín, tout sourire, au volant d'un pick-up, dans l'enclos du lot de taureaux pour la corrida du 8 septembre à Dax - Radio France
Victorino Martín, tout sourire, au volant d'un pick-up, dans l'enclos du lot de taureaux pour la corrida du 8 septembre à Dax © Radio France - Valérie Mosnier

Une corrida pour Toros Y Salsa et un taureau pour le solo de Juan Bautista

Pendant que des touristes embarquent pour faire le tour de l'élevage, c'est aussi une source de revenu pour la ganaderia, Victorino Martín discute avec Jacques Pène, le président, et les deux autres membres de la commission taurine. Ils échangent sur le lot de taureaux pour Curro Diaz, Emilio de Justo et José Garrido, la corrida du samedi 8 septembre, pour Toros Y Salsa. Mais aussi, du taureau qui fera face à Juan Bautista pour la corrida événement du 14 août, pendant la Feria. 

Le lot de Victorino Martín pour Curro Diaz, Emilio de Justo et Jose Garrido. Corrida, le samedi 8 septembre, à l'occasion de Toros Y Salsa à Dax - Radio France
Le lot de Victorino Martín pour Curro Diaz, Emilio de Justo et Jose Garrido. Corrida, le samedi 8 septembre, à l'occasion de Toros Y Salsa à Dax © Radio France - Valérie Mosnier
 Victorino Martín avec Jacques Pène, le président de la commission taurine, Jacques Pons et Yves Saint-Martin, membres de la commission taurine - Radio France
Victorino Martín avec Jacques Pène, le président de la commission taurine, Jacques Pons et Yves Saint-Martin, membres de la commission taurine © Radio France - Valérie Mosnier