Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Fêtes de la Madeleine 2018

Feria de la Madeleine: Adieu Padilla

jeudi 19 juillet 2018 à 21:44 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La feria de la Madeleine. Cinq corridas, une novillada sans picador et une novillada piquée. Deux mano a mano de vedettes, une clôture avec la très redoutée course des toros de Dolores Aguirre. Et les adieux de Padilla aux arènes du Plumaçon. Programme varié et des histoires dans la feria

La salut du Pirate
La salut du Pirate © Maxppp - Jesus Diges

Mont-de-Marsan, France

Ce jeudi  bonne novillada sans picador avec quatre élevages français et une oreille pour Solal Calmet « Solalito » de Nîmes. Le soir deuxième corrida du cycle, arène pleine, plus de billets, toros  très moyens de Jandilla pour Padilla, Talavante et Roca Rey. Padilla et Roca Rey coupent chacun un trophée.

L'adieu du vieux combattant - Maxppp
L'adieu du vieux combattant © Maxppp - Jesus Diges

Sous l’azur l’ovation du Plumaçon est montée au firmament lorsque Juan Jose Padilla est entré en piste accompagné par Talavante et Roca Rey. Hommage majuscule d’une arène reconnaissante à un héros épuisé qui s’en va pour toujours. Le matador le plus châtié de l’histoire de la tauromachie a fait ses adieux à une plaza chère à son cœur. Sur ce sable Padilla s’est imposé  maintes fois s’attirant par cet inouï courage la ferveur des dévots et l’admiration absolue du peuple. Padilla était de fuchsia et noir vêtu, foulard sur son crâne meurtri. Le monophtalme de Jerez a fait le service au revoir devant un cénacle enjoué et prêt pour célébrer joyeusement la séparation heureuse. Le Pirate coupe une oreille à son premier toro, fait du Padilla, c’est ce que l’on voulait, il reçoit auparavant la médaille d’honneur de la ville puis écoute l’arène le rappeler encore, le retenir quand il quitte la piste après avoir embrassé le sable sur lequel il a souffert et triomphé. Le reste ?...bof…une course de Jandilla bien fagotée mais quelconque dans le jeu et manquant de jus, parfois compliquée par son absence de race. Sans classe ni brio. Talavante, décidemment triquard au Moun, attrape le plus mauvais sorteo et Roca Rey s’arrache pour expurger la quintessence rare de l’ultime Domecq avec volonté belle, implication et intégrité. Il coupe lui aussi son oreille et regarde tendrement partir Padilla.

Ce vendredi 18h, troisième corrida du cycle, toros de La Quinta pour Juan Bautista, Emilio De Justo et Thomas Dufau.

Tous les jours « Callejon spécial feria «  entre 12h et 13h. Tous les soirs corridas en  direct