Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Fêtes de la Madeleine 2017

Feria de la Madeleine, aux combattants, à la gloire et aux gris

dimanche 23 juillet 2017 à 22:14 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La feria de la Madeleine montoise. Cinquième service et conclusion ce dimanche devant une arène comble. Dernière corrida du cycle, toros d’Adolfo Martin pour Alberto Aguilar, Emilio de Justo et Alberto Lamelas.

Emilio de Justo
Emilio de Justo © AFP

Mont-de-Marsan, France

Une course sérieuse, sévère, dure et complexe et dangereuse. Les trois toreros à mettre en exergue. Emilio De Justo coupe le seul trophée de la soirée.

Une course des petits gris de tonton Adolphe telle qu’attendue, une corrida hors temps, ou plutôt un « encierro » des âges anciens, l’époque où les belluaires étaient légions. Corrida d’hommes d’honneur. Rares. La course d’Adolfo Martin a été présentée comme il se doit quand on annonce le fer au fronton des arènes. Grise, solide, belle, armée, très armée. Violente, sournoise, dure, dangereuse. C’est aussi à cela que sont conduits chaque fois qu’ils entrent dans un cénacle les trois héros surannés mais ô combien indispensables qui ont affronté six démons, six démiurges en mal de chair humaine. Alberto Lamelas a laissé un bout de la sienne, dix centimètres dans la région péri-anale, il passe à l’infirmerie, revient et se bat encore et encore ! Admirable.

Ludovic Lelong, fond é de pouvoir d'Emilio De Justo

Alberto Lamelas - AFP
Alberto Lamelas © AFP
Alberto Aguilar - AFP
Alberto Aguilar © AFP

Alberto Aguilar, lui, depuis longtemps abandonne son âme aux cornes et aux vents contraires. Le petit madrilène a encore donné une leçon de savoir et de talent. Sortir vivant d’un affrontement pareil c’est déjà immense. Et puis il y a Emilio De Justo, matador abandonné qui s’est révélé sur deux corridas l’an dernier. Son style est classique et pur. Sa volonté est celle d’un spadassin de Richelieu. Il est allé chercher ce trophée qu’il convoitait, au-delà du raisonnable certes, mais au front d’un grand combat. Le Plumaçon peut dormir un temps et les héros aller vers d’autres guerres.

Guillaume François, le président de la commission taurine montoise

CE MIDI / 12H30 « CALLEJON SPECIAL bilan FERIA » EN DIRECT