Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Fêtes de la Madeleine 2018

Feria de Mont-de-Marsan: Garci-pschitttttt

mercredi 18 juillet 2018 à 21:48 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La feria de la Madeleine. 5 corridas, une novillada sans picador et une novillada piquée. Deux mano a mano de vedettes, une clôture avec la très redoutée course des toros de Dolores Aguirre. Et les adieux de Padilla aux arènes du Plumaçon. Programme varié et des histoires dans la feria chaque jour

Juan Bautista, au bout de la volonté
Juan Bautista, au bout de la volonté © Radio France - Valérie Mosnier

Mont-de-Marsan, France

Ce mercredi, ouverture avec des toros de Garcigrande pour la confrontation entre El Juli et Juan Bautista. Seule ce dernier coupe une oreille.

Que dire de cette ouverture si ce n’est qu’elle a été totalement tronquée par un lot de Domingo Hernandez et Garcigrande d’une grande médiocrité. Faiblards, l’ultime perd un sabot et sanguinole tout en « tchanquant » de l’arrière train. Le cinquième est remplacé après s’être blessé à la patte en sortant de l’absence de tercio de piques - sic !- par  un congénère aussi décasté que les précédents. Quand on choisit les toros on ne sait pas ce qu’ils ont dans le moteur. Et pour cette ouverture …de moteur il n’y eut pas. Corrida de bétail fuyard, vide, de charge réduite à l’extrême, sans gaz, sans jus. Même la grande musique de l’Orchestre Montois va se fourvoyer en interprétant une adaptation abracadabrantesque d’un morceau de Johnny Hallyday, « L’envie d’avoir envie ». Très inopportune partition qui tombe à plat tandis que Juan Bautista tente d’extraire un peu d’essence à vibrer de son pathétique cornu. L’envie justement…elle est à mettre encore une fois au crédit de l’arlésien qui coupe une oreille forte à son premier exemplaire. Faena déliée, suave, accomplie. Tout l’après-midi Jalabert va honorer sa race en tentant  dans un absolutisme d’intégrité de faire valoir la noblesse du lot. La seule qualité des bestiaux. Quant au Juli, les avis sont partagés. Il aurait pu couper lui aussi une oreille…peut être…si la pétition était née. Si également il s’était employé à tuer proprement : huit coups d’épée et trois descabellos au  troisième… la faillite à l’acier ! L’envie de partir.

Replay : les corridas de la Madeleine 2018

Ce jeudi , 11h novillada sans picador avec trois élevages français . 18h deuxième corrida, du cycle toros de Jandilla pour les adieux de Padilla, Talavante et Roca Rey.

Le Pirate  de Jerez, combattant utltime - Maxppp
Le Pirate de Jerez, combattant utltime © Maxppp - Jesus Diges

Il s’appelle Juan Jose Padilla Bernal. Il est né à Jerez de la Frontera dans l’extrême sud-ouest andalou il y a  eu quarante-cinq ans en mai. Il est matador de toros depuis le 18 juin 1984 où chez lui devant sa famille il a débuté ce sacerdoce taurin qui dans son cas s’apparente plus à un Golgotha. Padilla, fils de boulanger et éphémère mitron, est un torero sans grâce mais d’un courage faramineux. Cet homme à coup sûr et pour des raisons plus que légitimes va entrer par la grande porte dans l’Histoire majuscule de la tauromachie. Padilla, guerrier improbable a tout donné aux toros et plusieurs fois même il a manqué leur offrir sa vie. Son corps est couvert de blessures, des stigmates christiques pour un engament de croisé face au maure, empanaché par son seul désir de s’imposer, lui sans art,  à la force de son immense ténacité. Banderillero exceptionnel, « capedaor » de haut vol, spadassin de beau fer, Padilla est une icône. Trois fois défunt, trois ressuscité pour et par les toros. A Saragosse le 7 octobre 2011 un démiurge lui  arrache la face et l’œil gauche avec. Il survit après six heures d’opération. Touché également au conduit auditif, la mâchoire définitivement détruite, il demande à sa femme au sortir de réanimation de ne pas exiger qu’il arrête de toréer. Il y a huit jours il se fait scalper par un toro, vingt-trois points de sutures. Quarante-huit heures plus tard il fait face à Pamplona. Cet homme est un héros 

Tous les jours « Callejon spécial feria «  entre 12h et 13h. Tous les soirs corridas en  direct