Culture – Loisirs DOSSIER : Feria des Vendanges 2016 à Nîmes

Feria de Nîmes : l'avenue Victor Hugo, vallée de la malbouffe ?

Par Thibault Sarrazin, France Bleu Gard Lozère dimanche 18 septembre 2016 à 6:00

Hamburgers, kebabs, pizzas, garidanes de taureau et paëllas, on trouve de tout sur l'avenue Victor Hugo
Hamburgers, kebabs, pizzas, garidanes de taureau et paëllas, on trouve de tout sur l'avenue Victor Hugo © Radio France - TS

Entre les sandwichs, paëllas et gardianes, le choix est large à la feria de Nîmes. Les restaurants ou les guinguettes éphémères sont nombreux dans l'avenue Victor Hugo. Elle est souvent considérée comme la vallée de la malbouffe. Réputation justifiée ?

Troisième soirée de Féria à Nîmes samedi soir. Les odeurs de paëlla et de gardiane se mêlent à celle de la bière. Les restaurants traditionnels étalent leur terrasse. Mais les guinguettes éphémères poussent aussi comme des champignons sur l'avenue Victor Hugo.

21h, la soirée débute. Théo et trois amis posent leur barquette de frites sur un plot en béton. Pour lui : "Elles ne sont pas dingues. Il vaut mieux aller dans les rues où les bodegas font les tapas ou des plats préparés plus sérieusement".

Vraiment, Victor Hugo ce n'est pas le bon endroit pour bien manger pendant la feria.

"Dans les snacks, c'est plus pour combler le vide dans ton estomac que pour bien manger", complète un de ses amis. Panini, churros, frites : chez ce restaurateur ambulant, c'est sucrés salés. 

Quelque chose de rapide et qui éponge

A quelques mètres de là se trouve l'établissement de Laurent. Il le défend : "On peut bien manger pendant une feria." Il assure se ravitailler en produits frais tous les matins. Mais ce vendeur ambulant concède malgré tout se servir de surgelés pour confectionner ses plats.

Pendant la soirée, il sert Isabelle. "Ce n'est pas la meilleure paëlla de ma vie, mais on vient plus pour l'ambiance que pour ce qui a dans l'assiette", raconte la quinquagénaire.

On vient davantage pour l'ambiance

Sur la table voisine, Marc est très satisfait. "C'était très bon" dit-il en expliquant avoir bien profité de la soirée. Pendant la feria, ce n'est pas seulement l'envie qui guide les fêtards. Beaucoup écoutent leur porte-monnaie. Un sandwich coûte en moyenne trois fois moins cher qu'une paëlla dans un restaurant traditionnel.