Culture – Loisirs

Feria de Nîmes : l'orchestre Chicuelo 2, âme musicale des arènes

Par Thomas Bantchik, France Bleu Gard Lozère dimanche 18 septembre 2016 à 15:21

Chicuelo 2 pendant la corrida de samedi matin
Chicuelo 2 pendant la corrida de samedi matin © Radio France - Thomas Bantchik

La corrida, c'est aussi dans les gradins à Nîmes. L'orchestre Chicuelo 2 a la lourde tâche d'accompagner le spectacle avec sa musique, sans pour autant éclipser la performance du torero.

Parés de leur chemise rouge, une trentaine de musiciens de tous âges s'installent en tribune 22, ou vomitoir 22 si vous préférez. La seule chemine blanche, c'est celle du chef d'orchestre Rudy Nazy.

Deux cigares vissés dans sa poche avant et une baguette de maestro à la main, c'est lui qui doit accompagner la partition tauromachique. "On est là pour souligner les moments forts de la faena. Quand on joue, ça veut dire que quelque chose d'important se passe en bas."

"On est le sel et le poivre. On est là pour agrémenter la corrida."

Mais pourquoi ce nom : "Chicuelo 2" ?

"Parce que il y en avait un premier qui s'appelait Chicuelo !". Chicuelo c'est le nom d'un torero sévillan. Puis un autre torero, venu d'Albacete, à pris cet "apodo". C'est donc le deuxième Chicuelo : Chicuelo 2.

Dans les années 50, il est venu à Nîmes et a réalisé une corrida exceptionnelle. Une bande d'aficionados de l'époque faisait une peña en son honneur. C'est l'une des plus ancienne peña de la ville. Au fil du temps, des musiciens se sont greffés à la peña et petit à petit, l'orchestre s'est séparé de la peña Chicuelo 2. "Aujourd'hui, il reste encore des aficionado à la peña "Chicuelo 2" - ce sont des amis - et l'orchestre est maintenant autonome. Nommé en la mémoire du torero d'Albacete."

Des musiciens de tous horizons dans l'orchestre

Caisse claire, trompette, saxophone... ll faut des musiciens aux manettes. Qu'ils soient banquier, instituteur ou musicien professionnel, ils sont tous animés par l'amour de la corrida.

Aurélie joue de la flûte traversière dans les arènes depuis 14 ans.

"Avec Chicuelo 2 ce sont mes passions qui s'associent : la musique et la corrida."

Dans tous les orchestres, il y a les anciens. Georges est là depuis 39 ans. Arrivé un peu par hasard, il est un membre indispensable de Chicuelo 2. "Je jouais dans un orchestre où des collègues jouaient aussi avec Chicuelo 2, l'un d'eux est tombé malade. On m'a demandé de le remplacer à la tribune, je ne l'ai plus quitté depuis."

De nouvelles histoires s'écrivent aussi. C'était la grande première de Guillaume samedi : "Ma première fois avec l'orchestre et ma première corrida !"

Pendant la corrida

Avant le début de la corrida, Rudy choisit de jouer des morceaux populaires. Avant la corrida de samedi matin, c'est "Mexico" qui résonnait dans les arènes de Nîmes.

Mexico résonne dans les arènes avant la corrida

Mais lorsque le paseo commence, Rudy doit jouer des morceaux spécifiques pour le paseo des arènes de Nîmes : l'ouverture de "Carmen" de Bizet et "Pan y toros" de Barbieri.

Les deux titres pour le paseo des Arènes de Nîmes

Le regard fixé vers la présidence

Pendant toute la corrida, Rudy regarde fixement en face de lui le président. C'est lui qui lance, grâce un geste très discret, les différentes musiques en fonction des passes, comme le changement de tiers.

Le changement de tiers

Mais du coup, qui est vraiment le chef d'orchestre ? Le président ou Rudy ? "Le chef d'orchestre de Chicuelo 2 c'est moi", affirme Rudy "mais c'est la présidence qui a la responsabilité du lancement des morceaux."

Chaque corrida est unique

Samedi, c'était entre autre Juan Bautista qui toréait. Le torero, que l'on dit classique, avec une profondeur artistique, a eu droit à un choix musicale particulier, avec un paso doble très raffiné pour trois solistes.

Le morceau spécial pour Juan Bautista dans les arènes de Nîmes

Mais ce jour là, Juan Bautista a fait interrompre la musique. "C'est légitime" pour Rudy. "C'est quand même lui qui est face au taureau, il doit se concentrer."

Ensuite, l'estocade a été parfaite. C'était l'heure du dernier morceau de la corrida, mais quand il il faut attribuer une oreille, l'orchestre se tait. "On doit rester neutre, si on joue, ça peut encourager le public à donner l'oreille."

Le dernier morceau de la corrida de samedi matin

Plus tard dans la journée, Sebastien Castella avait rendez vous avec l'histoire, face à six toros d’Adolfo Martin. Rudy a choisit un morceau spécial pour Castella.

Thomas Bantchik au coeur de l'orchestre "Chicuelo 2" samedi matin

Partager sur :