Culture – Loisirs

Feria de Nîmes : Laurent Burgoa, un président intransigeant

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Gard Lozère samedi 17 septembre 2016 à 10:13

Laurent Burgoa, le 2 avril 2015.
Laurent Burgoa, le 2 avril 2015. © Maxppp - Francois RICHARD/MAXPPP

Au cœur de l'arène, face au torero et au public ce samedi après midi , il aura le dernier mot... À 47 ans, cette présidence n'est pas sa première pour Laurent Burgoa. En une dizaine d'année, l'adjoint au maire de la ville de Nimes s'est taillé une sacrée réputation.

Le Président Burgoa ne craint ni la bronca, ni la pression... "De manière humoristique,  moi, la seule pression que je connaisse lorsque je préside une corrida c'est celle que j'ai dans mon verre."

Le rôle de Laurent Burgoa : appliquer le règlement et être juste dans ses décisions. Il ne veut surtout pas influencer le déroulé de la course. Et pour un aficionado, ce n'est pas toujours facile : "Vous ne pouvez pas applaudir, vous ne pouvez pas vous lever. Non il faut être honnête : pendant deux heures et demi, il faut rester stoïque !"

Le président, métronome de la course

Concentré, il prend son rôle avec sérieux. Selon lui, les principales qualités d'un président, c'est d'être juste dans ses décisions et les assume : "On n'est pas là pour rigoler, je crois qu'il y a une responsabilité, notamment sur les changement de tiers, on peut mettre en jeu la vie des hommes !"

Rester impassible

Pour Laurent Burgoa, un président ne doit pas plier sous les sifflets et les huées du public. Mais en dix ans de présidence, il a l'habitude et il aime ça.

"Des fois, je tarde un peu pour accorder les oreilles parce que j'aime bien voir les gens gesticuler !" Laurent Burgoa

Laurent Burgoa va présider la course de Sébastien Castella, samedi 17 septembre.

L'an passé, Laurent Burgoa est passé pour un président peu avare en trophées. Il avait accordé huit oreilles en une seule corrida.

Partager sur :