Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Feria de Pentecôte 2016 à Nîmes

Feria de Nîmes : dans les bodegas "haut de gamme"

-
Par , France Bleu Gard Lozère
Nîmes, France

Pendant la Feria de Nîmes, il y a deux types de lieux pour faire la fête entre amis : les bodegas de rue et les bodegas de luxe. Dans ces dernières, prisées et privées, il faut être sur une liste pour entrer. Et à l'intérieur, comment ça se passe ? On y est allé pour vous.

La Cour des Grands, une nouvelle Bodega privée sur Nîmes
La Cour des Grands, une nouvelle Bodega privée sur Nîmes © Radio France - Yassine Khelfa

A l'entrée, on laisse les clés de la Porsche au voiturier, passage obligé par les palpations de la sécurité, petit coup d'œil sur la tenue et si le nom est sur la liste, bienvenue dans "la cour des grands". C'est le nom de cette bodega haut de gamme, située dans un hôtel particulier.

Les palpations de la sécurité, passage obligé à l'entrée
Les palpations de la sécurité, passage obligé à l'entrée © Radio France - Yassine Khelfa

Au bar, on ne boit pas de pastis, la boisson de la Feria, mais plutôt un célèbre champagne de Reims. Comptez entre 85 et 300 euros la bouteille. Et on mange des boquerons marinés à l'ail sur toast, des piquillos farcis au chèvre pour une vingtaine d'euros.

Bien loin des bodegas de rue, ici on ne parle pas punch ou sangria. Dominique, une quinquagénaire, ne veut pas entendre parler de ces boissons "populaires".

"Je n'aime pas les boissons populaires, c'est pour éviter de tomber malade !"

C'est aussi ce que pense Nicole, sa copine, habituée du lieu : _"C'est plus prestigieux, c'est plus convivial et on est plus en sécurité que dehors", _estime-t-elle.

À l'étage, un grand escalier, un vieux parquet en chevrons, un comptoir en bois d'ébène et des dorures. Une ambiance napoléonienne où l'on boit des whiskies japonais ou anglais dans une ambiance feutrée. "Il en faut pour tout le monde", s'exclame Denis Alegrini, le créateur du lieu.

"Ici Il y a des gens qui ont envie de profiter de la Feria, mais ils n'ont pas envie de se retrouver dans une bodega sur le boulevard. Ils ont envie de consommer de l'alcool dans de la vaisselle en verre."

Denis Alegrini, le propriétaire du lieu
Denis Alegrini, le propriétaire du lieu © Radio France - Yassine Khelfa

On peut jouer dans la Cour des grands le jour comme la nuit. En journée c'est brunch, carré champagne et esprit corrida.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess