Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Feria de Pentecôte 2016 à Nîmes

Feria de Nîmes : à la rencontre des monosabios

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère
Nîmes, France

Vous les apercevez pendant les corridas, vêtus d’une chemise rouge et d’un jean, tout autour de l’arène, parfois dans l’arène. Impossible de leur parler, ils sont impassibles, les yeux rivés sur le cheval et le taureau, pendant la pique... Ce sont les monosabios.

En jean et chemise rouge, les monosabios pendant le paseo
En jean et chemise rouge, les monosabios pendant le paseo © Radio France - Juliette Loiseau

De ceux qui vivent les corridas, ce sont sans doute ceux qui la regardent le moins : les monosabios. Des hommes et des femmes de l’ombre, au service des picadors, mais surtout de leurs chevaux. Sébastien et Stéphanie sont monosabios pour l’écurie Heyral de Nîmes.

Deux heures avant la corrida, leurs intimes habillent les toreros, les monosabios habillent leurs chevaux. Pour Sébastien, l'habillement du cheval est très sérieux : sa vie en dépendra pendant la corrida. C'est une cérémonie, où le cheval est équipé, harnaché, protégé, pour être prêt lors de la rencontre avec le taureau.

Rapide passage de l’ombre à la lumière pour les monosabios pendant le paséo. Ils se placent en fin de quadrille, derrière leurs chevaux. Un tour de piste et Sébastien et Stéphanie retrouvent les coulisses. Le cheval de Sébastien ouvre le premier tertio :

Sébastien raconte l'ouverture de la corrida, côté monosabios, dans le calejon

Sébastien et Stéphanie, monosabios pour l'écurie Heyral, avant la féria
Sébastien et Stéphanie, monosabios pour l'écurie Heyral, avant la féria © Radio France - Juliette Loiseau

Descendants des écuyers de chevaliers

Le cheval de Sébastien ouvre le premier tertio : la corrida commence… Les monosabios n’ont d’yeux que pour leurs chevaux… prêts à intervenir… Pour passer une pique au picador, remettre un étrier… Ou, comme Stéphanie, agir directement dans l’arène si un cheval tombe.

Le cheval est tellement équipé que, si il tombe, il a besoin d'aide d'un humain pour se relever. C'est le moment de tous les dangers, pour le cheval, pour le picador, mais aussi pour le monosabios. Dans l'arène, il se retrouve face au taureau.

De l'ombre à la lumière, des coulisses à l'arène... Pas le temps donc pour Stéphanie et Sébastien de regarder la corrida... Ils ne la vivent d'ailleurs pas pour le spectacle mais pour le combat, au service du cheval, et de son picador... comme le faisaient les écuyers pour leurs chevaliers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess