Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Fermeture des boîtes de nuit : le personnel subit "un gros trou psychologique"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Toujours aucune date de réouverture prévue à l'horizon pour les boîtes de nuit. Selon le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs, un tiers des établissements française ne rouvriront pas après la crise. En Pays de Savoie, les patrons s'inquiètent.

"Un tiers des boîtes de nuit françaises ne rouvriront pas après la crise", prévient le président du Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs
"Un tiers des boîtes de nuit françaises ne rouvriront pas après la crise", prévient le président du Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs © Radio France - Nicolas Joly

Quel avenir pour la vie nocturne en Pays de Savoie ? Selon le président du Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs, Patrick Malvaës, "un tiers des boîtes de nuit françaises ne rouvriront pas après la crise", soit 500 sur les quelques 1500 boîtes en France. Contrairement aux bars et aux restaurants, elles n'ont absolument pas pu rouvrir depuis le 13 mars et rien n'a été annoncé dans ce sens. L'idée d'une réouverture avant l'été semble de plus en plus impossible.

"Un gros trou psychologique"

La file d'attente interminable, la piste de danse pleine à craquer, les cocktails, les lumières, les sourires...tout ça c'est du passé. Fez Saïdi, le directeur de l'Opéra, boîte de nuit chambérienne, a même du mal à s'en rappeler. "Heureusement, il y a deux ou trois photos que l'on partage avec le staff, qui nous rappellent les bons souvenirs. La boîte remplie, les soirées étudiantes, quand ça allait bien."

Le patron de l'établissement, Patrick Génin, n'imagine pas mettre la clef sous la porte. Grâce aux prêts, aux aides et à ses fonds propres, il s'en sort, mais le manque d'activité lui pèse. "Ça fait un gros trou psychologique pour nous, en plus du financier. Le financier, on arrivera toujours à y faire face mais on est au point mort et pour des gens qui ont beaucoup d'activité pour nous, c'est difficile."

Le patron de la discothèque l'Opéra est disposé à transformer temporairement sa boîte de nuit en centre de vaccination.
Le patron de la discothèque l'Opéra est disposé à transformer temporairement sa boîte de nuit en centre de vaccination. © Radio France - Nicolas Joly

Transformer la piste en centre de vaccination

D'autres, comme le patron du Silver Kriss à Albertville, voient leur trésorerie fondre peu à peu : "Il y a des mois où l'on est obligé de mettre de l'argent de notre poche pour payer les frais fixes. J'ai dû faire une avance pour payer l'assurance, qui revient à 16.000 euros par an pour un établissement comme le mien." Seule issue pour lui, rouvrir la piste de danse dès que possible, quitte à changer sa classification pour se transformer en bar dansant.

Pour Patrick Génin pas question de rouvrir, même avec un protocole sanitaire, mais il soutient l'idée de transformer les boîtes de nuit en centres de vaccination : "On est à la disposition des collectivités sans aucun problème. On a de la place, tout est propre, on peut accueillir du monde et être là pour n'importe quelle demande."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess