Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Festival Bebop au Mans : "À cause du virus, on revient à ce qu'on faisait il y a 30 ans", selon Bruno Leroy

-
Par , France Bleu Maine

Malgré l'annulation de ses deux grosses têtes d'affiche et une jauge de spectateurs autorisés divisée par dix, le festival de musique Bebop va bel et bien se tenir au Mans du 3 au 7 novembre. Une formule réduite qui rappelle à son responsable les débuts du festival, il y a 30 ans.

Bruno Leroy, responsable du festival Bebop
Bruno Leroy, responsable du festival Bebop © Radio France - Ruddy Guilmin

Il aura bien lieu, afin de "faire perdurer la culture" et d'apporter "un petit peu de soleil" en ce début d'hiver un peu sombre. Le festival de musique Bebop se déroulera bien, au Mans et dans la Sarthe (La Flèche, La Ferté-Bernard, Allonnes) du 3 au 7 novembre. Mais il a bien failli ne pas exister cette année : "On s'est posé la question déjà au sein de Bebop et après avec les collectivités, raconte le responsable du festival, Bruno Leroy.  Et le premier partant a été la ville du Mans qui, dès le début, nous a dit faut y aller !" Le département, la région ont emboîté le pas et "comme nous sommes aidés aussi cette année par le ministère de la culture, on a senti que tout le monde avait envie que ce festival se fasse."

Cette édition 2020 a toutefois été chamboulée par la situation sanitaire. Les deux grosses têtes d'affiches prévues, Woodkid et Chinese Man ont annulé mi-septembre l'intégralité de leurs tournées, à deux mois de l'échéance. Et si tous les autres artistes ont maintenu leur participation, il a fallu se plier aux règles sanitaires et revoir toute l'organisation.  Les concerts prévus au parc des expos ont été déplacés aux Saulnières et tous devront se dérouler en configuration "assise", avec une jauge limitée à 300 spectateurs. Soit dix fois moins que d'habitude. "On revient à ce qu'on faisait il y a 30 ans, dans des petites salles, avec des artistes découvertes, relativise Bruno Leroy, et on aura d'ailleurs les quatre ou cinq artistes qui font en l'actualité de la nouvelle scène française", comme Hervé, Catastrophe ou Suzanne.

Un équilibre financier précaire

Cette refonte du festival met-elle en danger son équilibre économique ? Pas forcément selon Bruno Leroy : "Même si on fait attention, honnêtement, on ne regarde pas trop les recettes cette année, mais c'est un équilibre précaire forcément. Après, on veut surtout bien accueillir et bichonner les spectateurs. Après, il faut voir aussi que les frais sont moindre car on n'a plus le parc expo et les artistes sont émergents", donc moins chers que les grosses cylindrées. Les aides des collectivités feront le reste, sachant que les places seront, elles aussi, moins chères cette année.

Reste à savoir si l'évolution ascendante de l'épidémie ne viendra pas remettre en cause la tenue d'un festival, à la dernière minute, même dans sa version réduite ? "Un tsunami peut arriver partout, à Angers par exemple, ça s'est enflammé très vite et j'avoue que je n'ai jamais autant suivi les chiffres, avoue Bruno Leroy, on a une préfecture assez dynamique, elle ne laissera pas faire si c'est dangereux, mais normalement ça devrait se passer."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess