Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Festival Cannes 39 à Orléans : le bilan terni par un déficit de 120 000 euros

-
Par , France Bleu Orléans

Malgré un beau succès en terme de fréquentation, le festival Cannes 39 à Orléans s'est achevé sur un déficit important : 120 000 €, soit 20% du budget, qui sera compensé par les collectivités locales et l'Etat. Le festival n'a pas réussi à attirer du mécénat privé.

La cérémonie de clôture du festival Cannes 39 à Orléans
La cérémonie de clôture du festival Cannes 39 à Orléans © Radio France - Marc Yvan

Orléans, France

Un vrai succès, mais aussi un échec relatif : c'est le bilan du festival Cannes 39 à Orléans. La première édition du festival international du film, qui aurait dû avoir lieu en 1939 à Cannes, et qui avait été annulée par la seconde guerre mondiale, a été ressuscitée avec succès, la semaine dernière à Orléans - 29 des 30 films jadis choisis pour la compétition ont été projetés, un palmarès prestigieux a été décerné par le jury, et surtout, la fréquentation ne s'est pas démentie tout au long des 6 jours. Mais cela n'a pas empêché un trou financier, avec un déficit évalué à 120 000 euros.

Aucun mécène privé n'a répondu présent

120 000 euros de déficit sur un budget de 600 000 euros, c'est beaucoup reconnaissent les organisateurs... Il n'y a pourtant pas eu de dérapages des dépenses, même si certains coûts ont été mal anticipés : par exemple, la location du théâtre d'Orléans pour 6 jours. Et, à l'inverse, du côté des recettes, avec 4 000 pass vendus, la billetterie a rapporté plus que prévu : 51 000 euros au lieu des 40 000 euros escomptés.

Le vrai problème, c'est que le festival espérait attirer des mécènes et qu'aucune entreprise privée n'a répondu à l'appel, à l'exception de la brasserie orléanaise Le Barok. Les entreprises ont eu peur du saut dans l'inconnu, alors qu'il y a eu au final 32 000 entrées aux projections : "32 000 entrées, ça veut dire 32 000 personnes qui voient passer des bande-annonces et des messages, il y avait là matière à du mécénat, se désole François Caspar, le directeur du festival Cannes 39. Mais les entreprises ne savaient pas trop où on allait, cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu de festival de cinéma à Orléans : prendre des risques, ça ne va pas forcément de pair avec le mécénat... C'est vrai aussi que les pass ont été vendus tardivement, et que nous-mêmes avons commencé à solliciter les entreprises un peu tard, alors qu'elles allouent leur budget mécénat longtemps à l'avance."

La ville d'Orléans a apporté 170 000 euros

Les principaux partenaires publics vont donc, de nouveau, mettre la main à la poche pour résorber ce déficit. Malgré cet effort, il restera encore 30 000 euros à combler : les organisateurs envisagent une vente aux enchères autour des objets et du matériel ayant servi au festival. A l'arrivée, la ville d'Orléans aura apporté 170 000 euros, l'Etat 180 000 euros (si on inclut le CNC, le centre national du cinéma), la Région 55 000 euros, le Département 25 000 euros : avec une telle hauteur de subventions publiques, la question de la pérennité du festival se pose forcément, alors que certains rêvent déjà d'une deuxième édition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu