Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Festival de Cornouaille : les trucs à savoir pour comprendre les costumes du défilé

dimanche 29 juillet 2018 à 6:05 Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel

A Quimper, le défilé du Festival de Cornouaille est une institution. 3000 danseurs et sonneurs vont défiler dans de superbes costumes bretons, à partir de 10h15, ce dimanche matin. France Bleu vous donne les clefs pour apprécier ce défilé à sa juste valeur.

Chaque costume a ses particularités.
Chaque costume a ses particularités. © Radio France - Annaïg Haute

Quimper, France

Les costumes du défilé du Festival de Cornouaille sont de véritables œuvres d'art. Symboles du patrimoine breton, ils regorgent de détails, qui donnent des indices sur leur origine et sur ceux qui les portent.  Au sein d'une même commune, les costumes n'étaient pas les mêmes dans les bourg ou à la campagne. 

Des étoffes précieuses

La plupart des costumes qui seront portés par les danseurs et les sonneurs sont inspirés des costumes du XIXème au XXème siècle, plutôt de riches costumes, traditionnellement portés pour les mariages ou les grands pardons. On reconnait leur qualité au velours en bas des manches et en bas de la jupe, "On va avoir des grosses hauteur de velours, explique Romuald Hervé, responsable de la commission costume chez Kendalc'h, des grands rubans, et de la broderie"

Les couleurs

Premier élément à observer, les couleurs. On reconnait par exemple facilement le costume de la Bigoudène, avec ses broderies jaunes ou orange sur les plastrons et les grandes coiffes. 

Le costume de Quimper aussi est assez flamboyant, souvent perlé, avec de l’or, de l’argent, des perles de verre. Romuald Hervé explique : "Souvent les couleurs sont dues aux aléas du commerce. Une couleur va arriver sur un marché et séduire les gens du coin, par exemple le glazik, c’est le drap bleu. Ça a donné le nom au costume mais aussi aux gens du coin (NDLR : on parle de "Pays Glazik" pour le pays de Quimper). Comme pour l’écossais finalement, on devrait appeler cet imprimé « tartan » mais tout le monde dit écossais! "

Une coiffe bigoudène peut en cacher une autre

La forme des coiffes définie l’origine géographique de la personne. La coiffe reste d’ailleurs l’élément conservé le plus longtemps dans l’habillement quotidien des femmes, on en voyait régulièrement dans les rues jusque dans les années 70. 

La coiffe bigoudène, tout en hauteur, est la plus renommée, mais le spécialiste explique qu'il ne faut pas s'arrêter au cliché : "La bigoudène très haute est la dernière période de la bigoudène, mais il y a aussi des bigoudènes très basses. Cette grande coiffe est l’ultime évolution de la bigoudène. Elle a commencé à prendre de la hauteur à partir de 1900". 

De son côté, la coiffe glazik "borledenn" est plus trapézoïdale, grande ou petite selon les périodes alors que la coiffe de Lorient est un genre d’aéroplane en dentelle. Un ovale posé sur le dessus de la tête. 

Un travail d’orfèvre sur les cols

Il faut aussi savoir apprécier le travail des cols de l'Aven. Ils sont traditionnellement très plissés, avec selon l’époque des cols plus ou moins brodés et larges, mais ils demandent un travail incroyable d’amidonnage, de paillage et de repassage. Ailleurs on ne trouve pas cette technique là. Par exemple dans le pays d’Auray on trouve des cols rectangulaires qui ressemblent plus aux cols que portent les marins, mais très travaillés, très brodés.

Les cols de l'Aven sont traditionnellement très travaillés - Maxppp
Les cols de l'Aven sont traditionnellement très travaillés © Maxppp - Annaïg Haute

Les broderies

Les broderies peuvent également donner des informations sur la provenance des danseurs. Sur certaines robes, les broderies permettent même de savoir si la jeune femme qui porte la tenue est mariée ou célibataire!