Culture – Loisirs

Fête du couteau de Nontron : Apprendre à fabriquer son couteau soi-même

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord dimanche 7 août 2016 à 20:20

L'atelier de la confrérie du couteau de Thiers.
L'atelier de la confrérie du couteau de Thiers. © Radio France - Pauline Ben Ali

Chaque année, l'atelier de montage du couteau de Thiers propose aux visiteurs de fabriquer leur propre couteau. Cette année comme l'année dernière, 8000 visiteurs se sont rendus à cette 21ème Fête du couteau à Nontron, ce week end.

Durant ces deux jours, les visiteurs ont pu fabriquer eux-mêmes leur propre couteau signés de leur nom, sur l'atelier de montage de la confrérie du couteau de Thiers.

Les visiteurs apprennent le montage d'un couteau de A à Z.

Sous le chapiteau, les perceuses, les meuleuses et les marteaux résonnent en même temps sur les différents établis. Dans ce brouhaha, Gérard, l'un des élèves, suit les conseils de son professeur.

La fabrication se fait étape par étape pendant plus d'une heure "On leur fait faire le montage des côtes, de la lame, et la finition du manche pour que le couteau soit joli" détaille Jean-Paul Rimbert, l'un des professeurs présent sur le stand.

Cécile et Rose, deux soeurs de 16 et 18 ans, viennent de terminer leurs oeuvres, et se dirigent vers le dernier établi pour que Michel signe le couteau à leurs prénoms "C'est notre grand père qui en a toujours un sur lui donc il nous a emmené ici pour qu'on ait le même à notre nom". Le coût de l'apprentissage et des pièces leur a coûté 28 euros. En tout, une quarantaine de personnes a participé à cet atelier durant le week-end.

De la fac d'arts plastique à la coutellerie

Sous le chapiteau Gérard Chaperon, Nicolas Couderc, vend ses couteaux un peu atypiques aux formes rectangulaires, ou décorés de circuits imprimés. Sans doute un reste de ses études "J'ai fait un bac pro électricité, et après je suis parti en arts plastiques à la faculté du Mirail à Toulouse, rien à voir avec la coutellerie !".

L'O2, l'un des couteaux atypiques de Nicolas Couderc.  - Radio France
L'O2, l'un des couteaux atypiques de Nicolas Couderc. © Radio France - Pauline Ben Ali

L'artisan comprend vite que cette voie n'est pas faite pour lui et se réoriente vers la coutellerie. "Ca fait 10 ans maintenant que je fais ce métier et j'arrive à en vivre". L'artisan qui crée des couteaux sur mesure, les vend en moyenne 350 euros la pièce. Un prix moyen sur le salon où certains couteaux se vendent à 3000 euros.

Bilan mitigé

Le même nombre de visiteurs s'est déplacé cette année par rapport à l'année dernière mais les acheteurs ayant un petit budget n'ont pas répondu présent "Les couteliers qui font de l'artisanat de luxe ont vendu tout leur stock de couteaux" explique Francis Mathieu l'un des organisateurs "Les collectionneurs habituels étaient présents mais pas les petits acheteurs". Il envisage également de réduire le nombre de couteliers présents sur le salon l'année prochaine.

Partager sur :