Culture – Loisirs

Fête nationale : coup de feu pour les artificiers sarthois !

Par Thomas Larabi, France Bleu Maine mercredi 12 juillet 2017 à 18:15

Le feu d'artifice du Mans, haut en couleurs
Le feu d'artifice du Mans, haut en couleurs © Maxppp - Olivier BLIN

Cette année encore, presque toutes les communes sarthoises proposeront un feu d'artifice, le 13 ou le 14 juillet pour commémorer la prise de la bastille. Les artificiers seront donc sur le pied de guerre, notamment sur l'Île aux planches au Mans. Un métier méconnu et en pleine mutation.

"Il y a même des logiciels qui envoient tous seuls les fusées". Pascal Bernard, artificier sarthois, sera derrière son ordinateur pour orchestrer le feu d'artifice du Mans le 13 juillet, sur l'Île aux planches. "Sur un feu d'artifice comme celui du Mans, tout est calé à la seconde près en fonction de la musique choisie par la ville. Le logiciel te donne des tops dans le casque, et tu déclenches à distance" continue-t-il. Ce qui permet désormais à l'artificier de voir son œuvre. Pascal Bernard sera en charge ce jeudi d'une équipe de 5 pyrotechniciens - uniquement des Sarthois - pour 300 kilos de poudre et plus de 2 800 projectiles qui éclaireront le ciel manceau pour la fête nationale.

Priorité à la sécurité

Pour des questions de sécurité, seules des "compactes" (petites caisses contenant jusqu'à cent fusées) seront lancées, à une hauteur maximum de 50 mètres. La faute au lieu retenu, l'Île aux planches, et à ses arbres. Une question avec laquelle Pascal Bernard ne plaisante pas : "Selon les calibres, il faut parfois une distance de sécurité de 300 mètres, et faire attention à la proximité de zones boisées, de sites pétroliers ou de poulaillers industriels. Ensuite on monte un dossier, et il faut l'aval de la préfecture".

Un métier de passionnés

"C'est un métier que l'on fait par passion, ceux viennent pour l'argent ne restent pas longtemps" explique Pascal Bernard. Dans son entreprise, il y a quatre permanents à l'année, et 150 saisonniers le jour de la fête nationale. La saison est courte, et le coup de feu du 14 juillet rapidement passé, alors il faut comme Pascal avoir une autre source de revenus.

Ce jeudi, les manceaux devraient en prendre plein les mirettes, avec un show tout feu tout flammes de près de vingt minutes sur fond de Boléro de Ravel. Il y aura des belles bleues, des belles blanches, des belles rouges, et Pascal Bernard promet un bouquet final très sonore et "bien garni".