Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Fêtes de la Madeleine 2017

Fêtes de la Madeleine, journée sans, cloture en espérance

dimanche 23 juillet 2017 à 1:49 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La feria de la Madeleine montoise.4è service hier devant une arène comble. Corrida des toros de Torrealta pour Castella, Garrido et le remplaçant de Roca Rey blessé….Juan Bautista, méga triomphateur la veille.

Juan Bautista, triomphateur dela feria dela Madeleine
Juan Bautista, triomphateur dela feria dela Madeleine © AFP

Mont-de-Marsan, France

Pas de miracle de répétition, la journée a été bien décevante question bétail, tant la corrida du jour que la novillada du soir. Une oreille pour Juan Bautista tout de même, une également pour Garrido.

Contraste saisissant avec la veille que cette journée marquée par un double rendez-vous. L’après-midi la corrida de Torrealta moyennement balancé, hétérogène est sortie sans race, absente au cheval avec aussi bien peu de noblesse. Des toros parfois porteurs de danger sourd, compliquées par leur manque de race et leur faiblesse. Le cinquième est un peu mieux, le sixième est le seul qui permet. Juan Bautista s’arrache dans une faena très technique et ponctuée encore de détails savoureux pour couper une oreille. Garrido prend un trophée avec le moins mauvais toro mais sans convaincre vraiment. Castella passe un bien triste après-midi avec le plus mauvais lot. Les trois toreros à créditer d’un engagement sans faille qui a sauvé la course du désastre.

Le soir devant une super chambrée, novillada si peu piquée de Patrick Laugier! Las Dos Hermanas ont été bien orphelines de race. Un désastre ganadero total, toros sans race là encore, sans jus, mais par instants sournois. Le picador provençal Gabin Rehabi, désarçonné, se retrouve sous son cheval. Instants terribles. Evacué sans connaissance il a repris conscience à l’infirmerie des arènes et s’en tire sans grand mal mais a été hospitalisé pour des examens complémentaires. Le trio de novilleros français Tibo Garcia, Adrien Salenc et Batpiste Cissé a fait ce qu’il a pu dans l’adversité d’une soirée très défaillante et donc extrêmement décevante.

Ce dimanche soir dernière corrida du cycle, toros d’Adolfo Martin pour Alberto Aguilar, Emilio de Justo et Alberto Lamelas.

Emilio de Justo pour la cloture face aux Adolfo Martin - AFP
Emilio de Justo pour la cloture face aux Adolfo Martin © AFP

Emilio de Justo. Le torero de Caceres bien qu’âgé de 34 ans et matador depuis 10 ans revient de l’abandon. Quasi inconnu l’an dernier, en deux courses, à Orthez en juillet, puis au Plumaçon le 1er octobre, il s’est imposé. Il a triomphé à Vic pour Pentecôte et cette saison pourrait être celle de sa renaissance.