Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Foire aux Plaisirs de Bordeaux : les forains mécontents de la jauge des 1000 personnes

-
Par , France Bleu Gironde

La Foire aux Plaisirs est ouverte depuis dix jours avec des mesures sanitaires strictes. Mais c'est la jauge de 1 000 personnes qui concentre le mécontentement des forains. Ils réclament l'application d'une autre réglementation : 4m² par personne, pour pouvoir accueillir plus de public.

La foire aux plaisirs à Bordeaux
La foire aux plaisirs à Bordeaux © Radio France - Béatrice Dugué

"Il faut revoir la jauge de 1 000 personnes" : voilà la dernière revendication des forains à Bordeaux. La Foire aux Plaisirs a ouvert le 10 octobre avec des mesures sanitaires strictes, dont cette limite de fréquentation controversée. 

"On fait 80% de notre chiffre d'affaire en moins, 1 000 personnes ça ne va pas du tout" déplore Laurent Delaat, propriétaire du manège Le Toutankhamon et membre du comité de la Foire aux Plaisirs. "Avec quatre mètres carrés par personne, on pourrait accueillir entre 3 800 et 4 000 visiteurs. Ce ne serait pas parfait, mais ce serait déjà mieux".  

Les forains se sont donc adressés à la préfète Fabienne Buccio, dans l'espoir d'obtenir une nouvelle norme sanitaire. "Si c'est refusé il y aura surement des actions, menées au niveau national" préviennent-ils.  

Venir coûte que coûte 

Avec une si faible affluence, les forains sont loin de la rentabilité : "on a des frais, des assurances, des impôts, on a la place à payer, l'eau courante, l'électricité...on doit tous payer, comme tout bon citoyen français. Alors 1 000 personne ce n'est pas suffisant" soupire Laurent Delaat.

Autre facteur de colère, le fait que des plus gros parcs d'attractions bénéficient de dérogation : "c'est de la discrimination commerciale ! Pourquoi eux ont le droit et pas nous ?" Les forains ont toutefois tenus à venir, malgré la situation : "si on commence à pas monter ici, à ne pas monter là... ils vont nous supprimer complètement les fêtes foraines. Donc on n'a pas le choix".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess