Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Gastronomie : découvrez le palmarès 2020 du guide Michelin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Guide Michelin a dévoilé son palmarès 2020 pour la France ce lundi en fin d'après-midi à Paris. 628 restaurants en France ont été distingués cette année.

Le guide Michelin 2020 a récompensé trois nouveaux restaurants avec une troisième étoile
Le guide Michelin 2020 a récompensé trois nouveaux restaurants avec une troisième étoile © AFP - JOEL SAGET

Le palmarès 2020 des Étoiles Michelin a été dévoilé ce lundi 27 janvier à Paris lors d'une cérémonie qui a également rendu hommage à Émile Jung, mort lundi à 78 ans, chef emblématique du Crocodile à Strasbourg, une institution de la gastronomie alsacienne triplement étoilée pendant treize ans. 628 restaurants ont été distingués cette année, soit quatre de moins que l'an passé. Nouveauté, les 2 et 3 étoiles ont été classés par catégories (mer, ville, montagne, campagne). Trois nouveaux chefs, Kei Kobayashi (Kei), Christopher Coutanceau (Coutanceau) et Glenn Viel (l'Oustau de Baumanière) ont décroché une troisième étoile. En plus de ces trois tables, le guide rouge a promu onze nouvelles deux étoiles et une cinquantaine d’établissements obtiennent leur première étoile.

Retrouvez les restaurants étoilés de votre département :

Les chefs distingués

Trois étoiles. Trois chefs ont décroché pour la première fois une troisième étoile, la récompense suprême. Kei Kobayashi, à la tête de Kei, à Paris, depuis 2011, est le premier Japonais à être ainsi distingué par le guide rouge en France. Christopher Coutanceau de La Rochelle en Charente-Maritime, et Glenn Viel de l'Oustau de Baumanière en Provence ont aussi été couronnés. 

Christopher Coutanceau, qui avait reçu l'an dernier un prix de la gastronomie durable pour sa défense de la pêche durable et artisanale, a repris le restaurant ouvert par son père en 1984. Aux côtés de son maître de salle, Nicolas Brossat, il a remercié l'équipe et "nos épouses qui nous portent et nous supportent".

Deux étoiles. Onze chefs ont décroché leur toute première deuxième étoile. Parmi eux, les chefs parisiens Yannick Alleno (l'Abysse au Pavillon Ledoyen), récompensé l'an dernier par une première étoile, et Thierry Karakachian (L'Atelier Joël Robuchon Étoile).

En région, les critiques culinaires ont notamment récompensé la "cuisine juste et fraîche" de Kazuyuki Tanaka, le chef du restaurant Racine à Reims, qui décroche sa deuxième étoile, trois ans après avoir reçu la première.

  • La liste des nouveaux deux étoiles

Le Skiff Club, Bassin d'Arcachon / Le Pyla-sur-Mer (33)
Sarkara, Courchevel / Courchevel 1850 (73)
La Table de l'Alpaga, Megève (74)
La Table de Saint-Crescent, Narbonne (11)
L'Abysse au Pavillon Ledoyen, Paris 8e
L'Atelier de Joël Robuchon - Étoile, Paris 8e
La Scène, Paris 8e
Le Taillevent, Paris 8e
La Voile, Ramatuelle (83)
Racine, Reims (51)
Py-r, Toulouse (31)

Une étoile. 49 tables font leur entrée dans le guide rouge.

Le restaurant de Paul Bocuse, seule table rétrogradée

Après La Maison des bois de Marc Veyrat en Haute-Savoie, l'Auberge de l'Ill en Alsace et L'Astrance de Pascal Barbot à Paris, l'an passé, le guide a retiré mi-janvier sa troisième étoile à l'Auberge du Pont-de-Collonges près de Lyon, le restaurant du défunt Paul Bocuse. L'établissement affichait trois étoiles au guide rouge depuis plus d'un demi-siècle. 

La décision a provoqué un séisme dans le monde de la gastronomie. "Le guide vient de se suicider", a notamment réagi le critique Périco Légasse, dénonçant "un coup de communication". Des accusations balayées par Gwendal Poullennec, patron du guide Michelin : "Les recommandations des inspecteurs sont le fruit d'un travail de terrain effectué l'année précédente et ce sont vraiment des décisions collectives" a-t-il défendu sur franceinfo. Créé en 1900 par les frères André et Édouard Michelin, le guide rouge fait régulièrement l'objet de polémiques mais reste une référence dans le monde de la gastronomie. 

Retrouvez les restaurants étoilés de votre région :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess