Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Emmanuel Macron lance les journées du patrimoine avec Stéphane Bern à Condom, dans le Gers

C’est la première visite du président de la République dans le Gers. Emmanuel Macron était ce vendredi matin à Condom dans le Gers pour lancer la 37e édition des Journées européennes du patrimoine. Il visitait le chantier de restauration de l’Hôtel de Polignac.

Emmanuel Macron lance les journées du Patrimoine à l'Hôtel de Polignac à Condom dans le Gers
Emmanuel Macron lance les journées du Patrimoine à l'Hôtel de Polignac à Condom dans le Gers © Radio France - Benjamin Recouvreur

Emmanuel Macron est arrivé ce vendredi matin à Condom dans le Gers pour visiter l’hôtel de Polignac, l’un des 18 monuments en péril qui avait bénéficié du premier Loto du patrimoine en 2018.

Le chef de l’État était accompagné de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, de Stéphane Bern, l’initiateur du Loto du patrimoine, de Guillaume Poitrinal, président de la Fondation du Patrimoine et de Stéphane Pallez, PDG de la Française des Jeux, ainsi que de son épouse Brigitte Macron.

Visite dans une classe de CM2 de l'école Jules Ferry

Vendredi, date de la journée du patrimoine destinée aux élèves du primaire et du secondaire, le chef de l’État visite l’école primaire installée dans le bâtiment et a échangé avec les instituteurs, les élèves, les entreprises du chantier et tous les bénévoles mobilisés autour de la rénovation de l'Hôtel de Polignac.

Grâce au Loto du patrimoine, des travaux de restauration ont commencé dans l’hôtel de Polignac, grand hôtel particulier de style néoclassique datant de la fin du XVIIIe. Le plan de relance prévoit deux milliards d’euros pour la culture, dont 614 millions pour le patrimoine et les musées. Sur cette somme, 334 millions iront aux grands établissements comme le Louvre, Versailles ou le musée d’Orsay et 280 millions au patrimoine dans les territoires et à la valorisation des métiers d’art et savoir-faire d’excellence.

Ce premier déplacement du président dans le Gers avait été envisagé début mars, en compagnie de Stéphane Bern, l’initiateur du Loto du patrimoine, mais avait été annulé au dernier moment en raison de l’épidémie.

Mini bain de foule et une poignée de syndicalistes

Des habitants de Condom sont venus aux abords de l'hôtel de Polignac pour apercevoir le président et la première Dame. Tout le secteur était bouclé par la police.

Les habitants de Codom attendent le passage d'Emmanuel Macron
Les habitants de Codom attendent le passage d'Emmanuel Macron © Radio France - Benjamin Recouvreur

"Vous avez le moral ?" a demandé Emmanuel Macron aux habitants présents.

Une vingtaine de syndicalistes, essentiellement de la CGT et de Solidaires, étaient cantonnés à un rond-point situé à environ 2 km du centre de Condom, en présence d'un important dispositif de sécurité. "On n'est franchement pas très nombreux, mais l'État déploie des moyens disproportionnés pour nous maintenir à distance", a dénoncé Eric Cantarutti, secrétaire de l'Union départementale de la CGT. "Ce n'est pas Macron qui nous intéresse, c'est la politique capitaliste qu'il mène, main dans la main avec les grands patrons et l'Europe", a-t-il ajouté.

"Une seule chose à faire : nous battre"

Face à la crise du Covid-19, "nous n'avons qu'une chose à faire: nous battre, nous battre, nous battre" sur les fronts sanitaire, économique et social, a affirmé Emmanuel Macron à la fin de sa visite à Condom.   "La rentrée est dure", a reconnu le chef de l'Etat , mais il ne faut "céder à aucune fatalité" face aux "situations de faillite ou de restructuration".  "Au cas par cas, il faut regarder et partout où nous pouvons nous battre, nous nous battons (...) pour qu'il n'y ait aucun abus, aucune fatalité, aucune entreprise ou investisseurs qui n'utilisent le contexte pour essayer de mettre la clé sous la porte", a-t-il ajouté, sans citer de nom d'entreprises. Le gouvernement, les syndicats et les collectivités locales ont vivement dénoncé cette semaine le projet du fabriquant japonais de pneus Bridgestone de fermer en 2021 son usine de Béthune (Pas-de-Calais) où travaillent 863 salariés.  "Nous n'avons qu'une chose à faire: nous battre, nous battre, nous battre, pour tous nos concitoyens qui sont aujourd'hui dans l'angoisse de perdre leur travail", a insisté Emmanuel Macron devant la presse. "Et nous y arriverons, parce que nous avons toujours réussi à relever ces défis". 

Sur le plan sanitaire, il a de nouveau défendu la stratégie "adaptée" du gouvernement face à un virus qui "circule dans des territoires beaucoup plus vite que dans d'autres". "Il faut continuer à expliquer, à responsabiliser chacun. J'ai confiance dans l'intelligence collective", a-t-il ajouté, car "la solution, nous l'avons dans nos mains, tout collectivement".  Malgré ce contexte, Emmanuel Macron a appelé les Français à profiter, tout en étant "très précautionneux", des Journées du patrimoine, car une part importante des édifices seront "visitables dans des villes moyennes ou de petite taille" alors que l'opération a été annulée dans plusieurs grandes villes comme Marseille, Bordeaux ou Nice.  

Après avoir visité l'hôtel de Polignac, Emmanuel Macron s'est rendu à la cathédrale de Condom, où l'attendaient environ 200 curieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess