Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Grève des transports : des pertes et des fauteuils vides dans les théâtres parisiens

-
Par , France Bleu Paris

La grève des transports entamée le vendredi 5 décembre a des conséquences pour les lieux culturels. Le public a des difficultés pour se déplacer et les théâtres privés parisiens ont enregistré des baisses de réservations de 40% en moyenne.

L'une des quatre salles du théâtre de l'Apollo dans le 11e arrondissement de Paris.
L'une des quatre salles du théâtre de l'Apollo dans le 11e arrondissement de Paris. - Christine Coquilleau

Paris 11, Paris, France

Il n'y a pas que pour se rendre au travail ou pour en revenir, que les parisiens ont des difficultés. Avec la grève des transports entamée le 5 décembre 2019, il est plus difficile de se déplacer et ce sont aussi les lieux culturels, comme les théâtres, qui en subissent les conséquences. Les salles de spectacles ont vu leur nombre de spectateurs dégringoler depuis le début du mouvement. Une mauvaise nouvelle pour elles, d'autant que décembre est généralement l'un des meilleurs mois de l'année.

"Il y a des théâtres qui sont dans un équilibre financier extrêmement fragile"

Le phénomène touche toutes les salles, ou presque, à tel point que la profession tire la sonnette d'alarme. Luq Hamett est membre du comité directeur du Syndicat National du Théâtre Privé (SNTP), et également directeur du théâtre Edgar, à Montparnasse : "Sur l'ensemble des théâtres privés parisiens, on a une baisse de 40% des réservations. Certains s'en sortent mieux que d'autres, ça dépend des spectacles programmés. Il y a des spectacles avec beaucoup de réservations à l'avance. Évidemment quand les gens ont déjà leur place, ils font en sorte de venir. Il ne faudrait surtout pas que ça continue. Il y a des théâtres qui sont dans un équilibre financier extrêmement fragile, d'avoir une perte de chiffre d'affaires aussi importante, ça peut devenir très compliqué."

À l'Apollo Théâtre, dans le 11ème arrondissement de Paris, les après-midi sont rythmés par des dizaines d'appels de spectateurs souhaitant savoir si les représentations sont maintenues ou cherchant une solution car ne pouvant pas venir. Et si l'équipe essaie de faire au mieux pour contenter tout le monde, dans les comptes, la grève se fait sentir. Majda Delmas est la directrice : "On a perdu 30% de chiffre d'affaires par rapport à d'habitude. Les salles sont à moitié pleine, mais ce sont surtout les ventes pour les prochains spectacles qui ont baissé."

Le retour des spectateurs pendant les vacances de Noël ?

L'Apollo Théâtre ne rembourse généralement pas les spectacles, mais propose tout de même un échange pour une date ultérieure. D'autres théâtres ont passé des accords avec des parkings situés à proximité pour faciliter le stationnement, ou encore retardent le début des représentations afin d'attendre un maximum de monde. 

Majda Delmas espère que la grève touchera rapidement à sa fin, mais en attendant, elle reste optimiste : "Les gens vont entrer dans une période de vacances, je pense qu'ils auront plus de facilité pour venir. C'est plus compliqué de sortir du travail et de courir pour aller voir un spectacle, en sachant qu'il n'y a pas de transports."

Le règne du "système débrouille"

Autre source de stress pour la directrice, les comédiens et salariés du théâtre. Certains habitent loin, alors c'est un peu le système D. "Il y a des comédiens qui s'arrangent entre eux, font du covoiturage ou même dorment chez des amis artistes qui vivent dans le quartier. Et sinon, j'ai carrément un employé qui vient depuis la porte d'Aubervilliers en trottinette, et un autre qui vient de Colombes en vélo."

Majda Delmas, la directrice de l'Apollo Théâtre, espère vite voir le retour des spectateurs. - Radio France
Majda Delmas, la directrice de l'Apollo Théâtre, espère vite voir le retour des spectateurs. © Radio France - Cyrille Ardaud

Les théâtres privés ne sont pas les seuls touchés par le mouvement de grève contre la réforme des retraites. En une semaine, l'Opéra de Paris a perdu 2,5 millions d'euros de recettes, en raison notamment de la grève de ses danseurs.

Réécoutez le reportage de France Bleu Paris

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu