Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Histoire : 80 ans après, la Moselle veut encore remercier la Vienne

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Poitou

Le début de la Seconde Guerre Mondiale en Moselle a été notamment marqué par l'exil forcé de près de 300 000 personnes. 80 ans plus tard, le département de la Moselle et celui de la Vienne, où beaucoup de Mosellans ont posé leurs valises, veulent se souvenir.

Patrick Weiten, le président du conseil départemental de la Moselle (à gauche) et celui de la Vienne, Bruno Belin, devant le musée de l'armée
Patrick Weiten, le président du conseil départemental de la Moselle (à gauche) et celui de la Vienne, Bruno Belin, devant le musée de l'armée © Radio France - Thomas Jeangeorge

Paris

C'est au musée de l'Armée, à Paris, que les présidents du département de la Vienne et de la Moselle, ont présenté, ce mercredi 19 juin, leur programme commun de commémorations du 80ème anniversaire de l'évacuation d'une partie de la population mosellane à travers toute la France. 

Plus de 50 000 Mosellans exilés dans la Vienne

Septembre 1939, après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne Nazie, et avant même le début de la drôle de guerre en France, les autorités décident d'évacuer une partie de la population de Moselle, située à proximité de la Ligne Maginot. Ce plan d'évacuation avait été élaboré quelques années plus tôt et les préfets et sous-préfets avaient été alertés en août 1939. Les premiers avertis sont les maires des communes concernées. Ils se doivent d'informer leurs administrés. 

Le départ se fait dans la précipitation. Dans les fermes, les troupeaux sont relâchés en pleine nature. On abandonne les chiens. Les évacués prennent le stricte nécessaire et convergent vers les gares où des trains ont été réquisitionnés pour leur transfert loin des zones de combat. 

En tout, en septembre 1939, ce sont près de 200 000 mosellans, qui sont contraints à un exil forcé : les mineurs partent pour le Nord de la France, la Loire et la Saône et Loire, les autres vers la Charente, la Charente Maritime, ou encore la Vienne, qui va accueillir un quart des évacués de la Moselle. Les secteurs les plus touchés par cet exil forcé sont St Avold, Bouzonville et Audun-le-Tiche. 

Sur place, dans la Vienne, les autorités locales parent au plus pressé. A Loudun, par exemple, l'ancienne prison, accueille quelques évacués avant leur répartition dans des foyers locaux. Les premiers contacts entre Mosellans et Poitevins sont parfois difficiles, en raison notamment de la barrière de la langue, car certains exilés ne parlent exclusivement que le francisque.

Carine Dufour du conseil départemental de la Vienne sur l'arrivée parfois difficile des Mosellans

Une autre vague de Mosellans arrive dans la Vienne en mai et juin 1940, après la déroute de l'armée française. Puis une troisième, lors de l'intégration des Mosellans dans l'armée allemande. 

Au fil des mois, pourtant, les Mosellans s'accommodent de leur nouvelle vie poitevine et les belles histoires se multiplient. 

Les belles histoires de l'évacuation mosellane dans la Vienne par Carine Dufour

80 ans après et alors que les deux départements ont toujours gardé des contacts privilégiés, une trentaine de communes sont d'ailleurs encore jumelées, la Moselle et la Vienne ont décidé de marquer le coup. 

L'opération commune de la Vienne et de la Moselle - Radio France
L'opération commune de la Vienne et de la Moselle © Radio France - Thomas Jeangeorge

Un livre, des expos, un relais en courant

80 ans après et alors que les deux départements ont toujours gardé des contacts privilégiés, une trentaine de communes sont d'ailleurs encore jumelées, la Moselle et la Vienne ont décidé de marquer le coup. 

En septembre prochain, une délégation mosellane se rendra à Poitiers et dans plusieurs communes du département, pour une série de commémorations. A cette occasion, des marcheurs et des coureurs à pied relieront Audun-le-Tiche et Loudun. Pour le président du département de la Moselle, Patrick Weiten, " les exilés seront toujours reconnaissants envers leurs hôtes de la Vienne ". 

En Moselle, il y aura aussi des expositions sur le sujet à Forbach, Sarreguemines et Thionville. Un livret à destination des collégiens sera aussi réalisé. 

Dans les deux départements, un livre intitulé " évacués mosellans réfugiés dans la Vienne " sera aussi publiée en septembre prochain.

En Juin 2020, également, le chemin inverse sera fait. Une délégation de la Vienne se rendra en Moselle. Le président de la Moselle Patrick Weiten a notamment invité son homologue Bruno Belin à visiter la maison de Robert Schuman à Scy Chazelles. 

Pour ces deux manifestations, une invitation va être envoyée au chef de l'état et au premier ministre.