Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Hommage aux bûcherons du Canada venus dans les Landes durant la première guerre mondiale

-
Par France Bleu Gascogne

Trois journées à Pontenx, Dax et Mées commémorent le centenaire de l'arrivée du premier bûcheron canadien dans les Landes. Une page oubliée, mais décisive de la Grande Guerre.

Les faiseurs de sciure, des pros !
Les faiseurs de sciure, des pros ! - France 3 Aquitaine

Landes, France

Ils sont plus de 10 000 soldats-bûcherons, canadiens pour la plupart, à avoir été mobilisés pour participer à l'effort de guerre. De 1917 à 1919, les bûcherons professionnels ont abattu un million et demi de pins, dans les forêts des Landes et de Gironde.

Victimes d'accidents ou de la grippe espagnole, plus d'une soixantaine d'hommes de ce corps forestier sont d'ailleurs décédés chez nous, dans le sud ouest, où leur tombe est parfois tombée dans l'oubli.
L'association "Corps forestiers alliés en Aquitaine", créée en 2014 par trois chercheurs et un historien landais Kevin Laussu, œuvre à retracer les parcours de ces bûcherons de l'ombre. Grâce à ce travail d'investigation, cette histoire méconnue est exhumée et des plaques commémoratives appuyées par des portraits viennent rendre l'hommage légitime.

Kévin Laussu passionné de l'Histoire des Landes - Radio France
Kévin Laussu passionné de l'Histoire des Landes © Radio France - Christophe Van Veen

Pourquoi chercher des Canadiens ?

En 1916, les alliés se trouvent à cours de bois pour édifier les tranchées, mais aussi pour alimenter les traverses de chemins de fer et malheureusement pour fabriquer les innombrables cercueils. Les alliés n'avaient pas envisagé cette guerre de position qui s'éternise. La France redoute que sa forêt ne soit sacrifiée, car des coupes anarchiques sont pratiquées. Il est alors décidé d'appeler ceux qui ont la science de l'exploitation forestière : les bûcherons canadiens.

Un peu partout en France, mais surtout dans la forêt des Landes de Gascogne, les bûcherons vont donner le meilleur d'eux même. Dans les Landes, 18 équipes des corps forestiers canadiens seront mobilisés.

C'est une industrie de guerre sans équivalent avec des scieries qui tournent 20 heures sur 24. Les canadiens exploitent en une semaine ce que les Landais mettaient trois mois à débiter - Kévin Laussu historien

Les Landais inquiets

La redoutable efficacité des bûcherons taraude les élus locaux. Les Landais se voient déposséder de leur forêt, acteur essentiel de l'économie du département. Kevin Laussu et ses amis ont d'ailleurs retrouvé des plaintes de communes adressées à Georges Clémenceau. Les conseils municipaux Saint Avit, Castets ou Lesperon ont tiré la sonnette d'alarme en demandant à L’État de limiter la voracité des professionnels, les "faiseurs de sciures" ainsi que les rebaptisaient de manière péjorative les autochtones. Quand les hommes du Pays rentreront du front, y aura-t'il encore du travail dans la forêt landaise ?

Les Landais sont inquiets mais , aux premières loges, ils s'enrichissent des méthodes canadiennes. Les scieries autonomes en électricité présentent des rendements incroyables en fonctionnant quasiment en continu. Il s'agit d'une révolution dans l'exploitation forestière. Les canadiens eux découvrent la science des résiniers landais. Ils semblent aussi avoir fini par ralentir le rythme d'exploitation et tenir compte des inquiétudes locales.

Trois journées d'hommage

Ce mardi 24 octobre, à Pontenx les Forges, le rendez vous est fixé à 10 h 30 devant le monument aux morts. Après un dévoilement de plaque commémorative, à 14 heures, vous assisterez à la salle des fêtes à une conférence sur le thème "du pin pour les tranchées". Vous verrez une maquette de 6 mètres carré de la scierie de Pontenx. Le journal de Franck Thomas sera lu (Franck Thomas l'un de ces valeureux bûcherons) en présence de sa famille.

Notre association a pensé et organisé trois journées de souvenir sans précédent. L'idée à travers ces plaques, les photos, et les témoignages est de créer un chemin de mémoire à travers les Landes -Kévin Laussu

Le lendemain à Dax, au lycée de Borda - là où se situait l'hôpital qui soignait les bûcherons victimes d'accidents ou de la grippe espagnole - les lycéens présenteront leur travail (poèmes, expo...) autour de cette aventure forestière. Une plaque canadienne dans l'établissement sera dévoilée à partir de 14 h.

Enfin, le jeudi 26 octobre, à Mées, visite sur le site d'Ardy en forêt à la recherche des vestiges de l'ancienne scierie dont il reste une immense plaque de béton. Une lecture d'un autre journal de bord sera réalisée in situ. Dès 10 heures au monument au mort, l'hommage débutera. Les hymnes des nations impliquées dans cette page de l'Histoire seront interprétés, avant, là aussi, le dévoilement d'une plaque commémorative au rond point des Américains.

Choix de la station

France Bleu