Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Hommage aux héros" : la lettre ouverte des opposants au projet

Dans une lettre ouverte, les opposants au projet de parc mémoriel "L'hommage aux héros", répondent au concepteur du projet qui pourrait voir le jour avec le soutien de la Région Normandie, près de Carentan ou de Bayeux. Ils font part de leur indignation.

Intellectuels et habitants opposés au projet de Parc mémoriel signent une lettre ouverte à destination du porteur du projet.
Intellectuels et habitants opposés au projet de Parc mémoriel signent une lettre ouverte à destination du porteur du projet. © Radio France - Hajera Mohammad

A l'occasion de sa venue en Normandie début septembre, le metteur en scène québécois Serge Denoncourt, porteur du projet de spectacle mémorial en l'honneur des libérateurs et baptisé "L'hommage aux héros", a pris la parole dans de nombreux médias, dont France Bleu Cotentin, pour expliquer l'ambition de son projet soutenu par la Région Normandie, et qui pourrait voir le jour à Bayeux ou à Carentan. Depuis le début, ce projet s'est attiré les foudres de plusieurs opposants qui voient dans ce "D-Day Land", une offense à la mémoire des soldats et des victimes du débarquement. Serge Denoncourt a donc tenté de rassurer en dévoilant dans les grandes lignes, son projet de cinéscénie : visiblement, il a échoué.

L'émotion plutôt que la réflexion

Dans une lettre ouverte adressée au metteur en scène, et transmise également à la Région, et aux élus locaux, les opposants au projet réaffirment leur opposition. Le courrier signé des représentants des comités d'opposants ainsi que de l'écrivain Gilles Perrault et de Bertrand Legendre, professeur à l'Université Sorbonne Paris-Nord, évoque "la grande faiblesse conceptuelle tant sur le plan intellectuel qu'en matière d'éthique". Pour les auteurs de la lettre, "votre intention de créer de l'émotion ne peut tenir lieu ni de morale ni d'ambition éducative". C'est bien le reproche principal fait au projet par ses opposants : jouer sur les émotions plutôt que sur l'intelligence et la réflexion. "Les spectateurs seront priés de s'émouvoir vite fait bien fait (...), il faudra vite passer à la fournée suivante, et aller réfléchir ailleurs", dénoncent les signataires du texte. 

Merci d'avoir pensé à nous, mais votre spectacle, gardez-le...

La lettre ouverte pointe aussi du doigt la dimension "commerciale" du projet. "Peut-on imaginer sans honte la juxtaposition de ces commerces et du spectacle annoncé?" s'interrogent ses auteurs. Ils ont noté la présence d'un comité d'éthique et d'un comité scientifique chargés de garantir l'exactitude historique du projet, mais ils ne croient pas "un seul instant, qu'ils puissent être écoutés quand il s'agira d'assurer la rentabilité des investissements".

Avant de conclure, les opposants au projet rappellent une chose à ses promoteurs : "vous touchez au sacré, et ce sacré ne se prête pas au spectacle, sauf si l'on fait peu de cas du sang des quelque 140 000 victimes du Débarquement." Et en guise de formule de politesse, les auteurs innovent : "Alors merci d'avoir pensé à nous, mais votre spectacle, gardez-le."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess