Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : France Bleu Montagne

"Il nous faudrait 100 millions d'euros pour rénover" les refuges selon Nicolas Raynaud le président de la FFCAM

vendredi 31 août 2018 à 13:04 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

A la veille de l'inauguration du refuge isérois de Temple-Ecrins, entièrement rénové, Nicolas Raynaud était l'invité de France Bleu Isère ce vendredi matin. Si la fréquentation des refuges augmente d'année en année, se pose pour les clubs alpins la question de leur entretien et de leur rénovation.

Nicolas Raynaud, le président de la FFCAM
Nicolas Raynaud, le président de la FFCAM - FFCAM

Isère, France

La Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM) gère 120 hébergements, dont une centaine de refuges de montagne. Si on ne dispose pas encore de chiffres pour cette année, on sait que le printemps a été moyen en terme de fréquentation en raison des mauvaises conditions météo, et que l'été a été davantage propice aux escapades en montagne. 

Une fréquentation en hausse de 1 à 3 % par an

Reste que sur le moyen terme, la tendance est bien là : "La fréquentation globalement se porte bien note Nicolas Raynaud : elle est en hausse. Au Club alpin, on oscille entre 270 000 et 290 000 nuités par an, avec une progression de 1 à 3% chaque année."

Nicolas Raynaud, invité de France Bleu Isère le 31 août 2018

C'est évidemment pour la Fédération française des clubs alpins et de montagne et ses 95 000 licenciés une source de revenu, mais c'est aussi le principal poste de dépense.

Un tiers des revenus de la Fédération

"Ça coûte beaucoup d'argent, confirme Nicolas Raynaud, et aujourd'hui on a un parc qui est vieillissant. Le Club alpin français depuis sa création en 1874 a fait ce qu'il a pu en partenariat avec l'ensemble du milieu de la montagne pour faire en sorte que ce parc existe. Et aujourd'hui il nous appartient à tous, Club alpin, mais aussi montagnards, collectivités territoriales, élus, professionnels de la montagne, de faire en sorte qu'on puisse encore trouver des refuges en montagne et en haute-montagne accessibles, ouverts à tous (...) avec des conditions de confort et d'hygiène minimales, et des conditions de travail en particulier pour les gardiens qui soient décentes." 

Un peu moins de 2 millions d'euros par an pour les investissements

"On a des inquiètudes, poursuit le président de la FFCAM. Le modèle économique n'est pas simple. Sur les 120 bâtiments que nous gérons, il nous faudrait 100 millions pour les rénover, et on peut réinjecter un peu moins de deux millions d'euros par an en fonds propre avec ce que nous rapportent les nuités. Donc faites la division et vous verrez que ce n'est pas simple ! Heureusement on est aidés..." La rénovation du refuge Temple-Ecrins par exemple a coûté 1,1 million d'euros. Un tiers est couvert par les subventions : Région Auvergne-Rhône-Alpes, Département de l'Isère, Agence de l'eau, et Parc national des Ecrins. Une petite part est aussi apportée par le mécénat d'entreprise, en l'occurence ici la SAMSE. 

Le site du refuge Temple-Ecrins