Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Il veut sauver l'orgue de l'église Notre-Dame de Recouvrance à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

A Orléans, l'association des Amis de l'Orgue de Notre Dame de Recouvrance veut alerter sur l'état de l'instrument, véritable bijou fabriqué par l'un des grands facteurs d'orgue du 19ème siècle. Un peu comme l'église qui l'abrite, il tombe en ruine et une restauration coûterait très cher

Nathan de Grange Roncier l'organiste de l'église Notre Dame de Recouvrance
Nathan de Grange Roncier l'organiste de l'église Notre Dame de Recouvrance © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

Attention, patrimoine en danger, à Orléans ! L'association des Amis de l'Orgue de Notre Dame de Recouvrance, veut tenter de sauver son instrument, qui, selon ses propres termes, "tombe en ruine". Elle affirme avoir alerté la mairie d'Orléans, propriétaire de l'église, et donc de cet orgue, et tente de trouver des solutions pour récolter un peu d'argent.

L'un des plus grands facteurs d'orgue du 19ème siècle

L'instrument qui trône au fond de la nef, date de 1852, il est l'oeuvre d'un des plus grands facteurs d'orgue de son époque : Aristide Cavaillé-Coll, qui a par exemple fabriqué les orgues de la Cathédrale d'Orléans (Orléans possède un quatrième instrument conçu par ce "Stradivarius de l'orgue", il se trouve dans l'église Saint-Paterne). Mais aujourd'hui il tombe en ruine, parce qu'il n'a jamais été restauré, et il n'est quasiment plus possible de jouer dessus.

Le grand orgue de l'église Notre Dame de Recouvrance - Radio France
Le grand orgue de l'église Notre Dame de Recouvrance © Radio France - Anne Oger

Quand j'appuie sur les touches on entend pouet-pouet parce qu'il fuit de partout, c'est navrant

Nathan De Grange Roncier est l'organiste en titre de l'église Notre Dame de Recouvrance. Il confie son désarroi et sa tristesse : "Ecoutez, je vais allumer le moteur, ça va faire du vent, parce que les tuyaux ne sont pas entretenus, ils fuient de partout. Et quand j'appuie sur le clavier, ça fait pouet-pouet, parce que ça fuit à cause du manque d'entretien, alors que normalement cela devrait être le silence absolu".

Deux concerts prévus pour le Festival de Loire en septembre

C'est d'autant plus embêtant que l'église Notre Dame de Recouvrance fête ses 500 ans cette année, et qu'à cette occasion l'association proposera deux concerts en septembre 2019, pendant le Festival de Loire. "Mais là on tombe dans une situation un peu ubuesque, car pour organiser un concert, alors que l'église Notre Dame de Recouvrance compte deux orgues, celui du choeur et le grand orgue, on est obligés d'en louer un troisième parce que les deux autres ne marchent pas !"

200 000 euros, le coût de la restauration

Une restauration du grand orgue coûterait très cher, l'association a fait établir un devis, le coût est estimé à 200 000 euros. "Nous sommes en contact avec la mairie d'Orléans, c'est elle le propriétaire de cette église. Mais elle a un budget limité à mettre dans ce patrimoine. Un coup de pouce serait quand même intéressant, cela permettrait peut-être de lancer une souscription pour récolter un peu plus d'argent" rêve Nathan de Grange Roncier. 

Notre Dame de Recouvrance, l'église des mariniers

L'organiste souligne que l'église Notre Dame de Recouvrance représente une part importante de l'histoire d'Orléans, c'était l'église des mariniers, installée à quelques mètres du port de Recouvrance. "Et elle a été achevée l'année où débuta la construction de Chambord, c'est quand même un signe, on ne peut pas la laisser s'abîmer !" 

Choix de la station

France Bleu