Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Ils participent au marathon de Paris à bientôt 80 ans

dimanche 14 avril 2019 à 4:58 Par Lisa Melia, France Bleu Poitou

Micheline et Jean-Pierre Puisais, habitants de Nouaillé-Maupertuis, seront sur la ligne de départ du marathon de Paris ce dimanche matin. Ils ont près de 80 ans.

Jean-Pierre et Micheline Puisais
Jean-Pierre et Micheline Puisais © Radio France - Lisa Melia

Nouaillé-Maupertuis, France

Courir jusqu'au bout les 42,195 km de chaque marathon n'est déjà pas une mince affaire. Lorsque l'on approche les 80 ans, ça relève même de la gageure ! Et pourtant, Jean-Pierre, 80 ans en juillet prochain et Micheline, 79 ans dans quelques jours, s'élanceront parmi les 60 000 participants au marathon de Paris, ce dimanche matin.

Un amour du marathon

"Nous sommes tombés dans le chaudron du marathon vers 60 ans", raconte Jean-Pierre Puisais. Le couple pratiquait la montagne à haute dose. "Il nous fallait un entraînement physique, poursuit le presque octogénaire. Madame passait la tondeuse, mais pas moi. Alors nous nous sommes mis à la course à pied."

Complices, les Nobiliens s'intéressent vite à l'épreuve la plus connue et la plus mythique de la course à pied. Pour Jean-Pierre, le premier marathon était celui de Chambord, en 3h46. "Je n'ai pas fait mieux depuis", avoue-t-il dans un éclat de rire. Pour Micheline, c'était le Médoc.

Courir, c'est la joie. J'ai une amie qui va au bal avec son mari tous les dimanches. Nous, c'est la course à pied !

Ils enchaînent ensuite les villes et les courses : Québec, Istanbul, Marrakech, Amsterdam... Au total, Jean-Pierre a "27 ou 28" marathons à son actif. Micheline, elle, espère compléter son quinzième ce dimanche à Paris. Seize ans après l'avoir couru la toute première fois.

Car Paris a été un coup de cœur pour la marathonienne : "Je parle à beaucoup de gens. Je regarde. J'ai découvert le château de Vincennes, cette forteresse que je n'avais jamais vu, qui m'a rappelé l'histoire du duc d'Enghien, qui avait été assassiné par les sbires de Napoléon dans les fossés. Je suis très férue d'histoire ! Tout au long, il y avait plein de choses, des orchestres partout. Et puis c'est la joie."

Quatre sorties par semaine

Pour réaliser cette performance, le couple court toute l'année et a mis en place un entraînement spécifique : quatre sorties par semaine, qui mélangent entraînement de fond et fractionné. Ils participent aussi aux courses locales, pour changer d'ambiance.

"Depuis le début de l'année, on a fait environ 450 km", avance Jean-Pierre. "Même moi ?", l’interrompt Micheline. "Bien sûr, même toi, répond en riant son époux. Tu es toujours sur mes talons !" Et de préciser, ensuite, qu'il compte les kilomètres, "contrairement à Madame !"

En 2012, Jean-Pierre et Micheline Puisais terminent premiers du marathon Poitiers - Futuroscope dans la catégorie des plus de 70 ans - Aucun(e)
En 2012, Jean-Pierre et Micheline Puisais terminent premiers du marathon Poitiers - Futuroscope dans la catégorie des plus de 70 ans - Puisais

La recette du succès, c'est aussi une vie saine, explique "Madame" : Jean-Pierre cultive les légumes bio dans le jardin, ils évitent les excès, ils sont actifs. Ils multiplient les autres courses. À l'âge de 75 ans, Jean-Pierre courrait deux 100 km, en une quinzaine d'heures.

Enfin, ils connaissent leurs limites. Micheline assure que, si elle ne se sent pas bien pendant la course, elle marchera ou elle abandonnera, pour éviter de se blesser. Les Puisais espèrent terminer le marathon en moins de cinq heures. "Mais il faut arriver au bout, quand même, précise Micheline, il ne faut pas se vanter avant !"