Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Incendie de Notre Dame de Paris : la cathédrale de Reims a connu la même tragédie

mardi 16 avril 2019 à 0:37 Par Eric Turpin, France Bleu et France Bleu Champagne-Ardenne

Avant la cathédrale de Paris, celle de Reims a été détruite par un incendie à la suite des bombardements allemands en septembre 1914. Il aura fallu presque 20 ans pour la reconstruire.

La cathédrale de Reims bombardée par les Allemands pendant la Grande Guerre
La cathédrale de Reims bombardée par les Allemands pendant la Grande Guerre © AFP - Ann Ronan Picture Library

« Il y a bien encore les voûtes, les piliers, la carcasse mais les voûtes n'ont plus de toiture et laissent passer le jour par de nombreux petits trous », écrit Albert Londres dans un article du Matin publié le 29 septembre 1914.  Le journaliste a fait le voyage jusqu'à Reims pour voir ce qu'il reste de la cathédrale. Il conclut son article par cette phrase restée célèbre : « La cathédrale de Reims n'est plus qu'une plaie ».

La cathédrale de Reims après les bombardements du 19 septembre 1914 - AFP
La cathédrale de Reims après les bombardements du 19 septembre 1914 © AFP - Bernard Crochet

Dix jours plus tôt, les Allemands bombardent l'édifice religieux, un joyau de l'art gothique, lieu du sacre des rois de France. C'est le début de la Première Guerre mondiale. Un violent incendie se déclare. La charpente du 15e siècle ne résiste pas aux flammes. La cathédrale de Reims brûle toute la nuit. Au petite matin, elle n'est plus qu'un amas de pierres. 

Les Allemands pensaient que la terrasse des tours pouvait servir de poste d’observation. Alors la cathédrale de Reims est devenue leur cible tout au long de la Première Guerre mondiale. Au total plus de 300 obus seront tirés sur le monument religieux.

Près de 20 ans de travaux de reconstruction

A la fin de la guerre, l'Etat entame la reconstruction de la cathédrale de Reims. Il est soutenu financièrement par des mécènes privés et internationaux notamment la famille Rockefeller. Le chantier est dirigé par Henri Deneux, architecte en chef des monuments historiques. On lui doit la charpente en béton armé de la cathédrale

Il faudra pratiquement 20 ans de travaux avant que ce monument emblématique de l'Histoire de France retrouve toute sa splendeur. L'entreprise est titanesque. En 1938, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la cathédrale de Reims rouvre au culte. 

Inscrite au patrimoine mondial de l'huminité par l'Unesco depuis 1991, la cathédrale de Reims est aujourd'hui renommée à travers le monde. Chaque année, elle accueille plus de 1,5 million de visiteurs qui viennent découvrir les vitraux de Marc Chagall datant de 1974 et ceux de l'artiste allemand Imi Knoebel installés en 2011 et 2015.  

Les vitraux de Marc Chagall datent de 1974. Ils ont été dessinés par le peintre et réalisés par l'ateliers Jacques Simon à Reims - Maxppp
Les vitraux de Marc Chagall datent de 1974. Ils ont été dessinés par le peintre et réalisés par l'ateliers Jacques Simon à Reims © Maxppp - Olivier Boitet